Our Secret World

Just Ilae and Lei
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D   Mar 14 Juil - 10:34



Rapport N°5

Grattant distraitement le fond de mon assiette du bout de ma fourchette, je ressassais pour la millième fois au moins les événements de ces deux derniers mois.

Après que la cité aie refaite surface, Weir avait envoyé une équipe au secours du Colonel et des Athosiens.
Sumner avait été tué. Sheppard avait accidentellement réveillé les Wraiths. Chacun d'entre eux.
Oh il avait réussit à sauver Teyla et les autres. Mais à quel prix.. La race alien la plus puissante de cette galaxie, celle-la même qui avait réussit à défaire les Anciens, était à notre recherche. Et n'aurait de repos avant de nous avoir tous exterminés.

Je frissonnais. Les Wraiths. J'avais été désignée pour diriger une des équipes d'exploration, et heureusement, nous n'étions jamais tombés sur eux. Enfin heureusement..
Je relevais la tête et posais mon regard sur deux des membres de mon équipe. Le premier était Clint, j'avais eu affaire à lui dès mon arrivée sur la cité. L'autre était un de ses amis de régiment. Et tout deux me pourrissaient la vie depuis deux mois.
Entre l'insubordination appliqué dont ils faisaient preuve, les remarques sexistes à tout va et le harcèlement moral et physique, je sentais que les portes de ma patience, pourtant blindées, étaient en train de lâcher.
J'avais fait un nombre incalculable de rapports au Major, en charge des militaire depuis la mort de Sumner, afin de prendre des sanctions envers leur comportement, mais visiblement, major-oreille-d'elfe avait d'autre chats à fouetter.

Clint sembla remarquer que je les observais, et je revêtis un masque impassible. Il donna un coup de coude à son voisin et lui dis quelque chose, suffisamment fort que je l'entende aussi :

- «Tu sais, à ce qu'on dit, les françaises...»

Il laissa sa phrase en suspens, attendant que son comparse comprenne là où il voulait en venir. Un éclat de compréhension illumina presque immédiatement son regard.

- «Ouais..les françaises.»

Ils avaient un sale sourire sur les lèvres, mais je tâchais de les ignorer. Focalisant mon attention sur mon assiette de purée, j'essayais de ne pas deviner sur quel stéréotype débile ils allaient encore partir. Je me forçais à ingurgiter une bouchée, mais mon estomac se contractais douloureusement. Ça durait depuis un moment, je dormais mal, avais rarement faim. Je savais que je ne pouvais pas continuer comme ça, mais je n'arrivais pas à me décider à en parler. Je me contentais d'endurer. Je contemplais avec une certaine admiration l'os de mon poignet qui saillait. J'étais encore loin de l'état de squelette, mais voir comme ça cette boule dépasser c'était ironiquement amusant.
Chase m'interpella.

- «Dis Leila -je me raidis à l'entente de mon prénom- c'est vrai ce qu'on raconte sur les françaises ?»

Je me contentais de soulever les sourcils, histoire de leur faire comprendre que je me fichais éperdument de ce qu'ils pouvaient dire.
Je reposais ma fourchette dans mon plateau et esquissais le geste de me lever. Clint m'attrapa par le poignet.

- «On dit que c'est toutes des chienasses en rut.»

Mon regard se fit de glace et je contractais tout mes muscles. C'en était presque douloureux, non, ça faisait physiquement mal de se retenir ainsi. De contenir toute sa colère et sa rage pour ne pas la laisser exploser. Je ne pouvais pas me permettre de leur exploser la gueule. J'allais avoir des problème, et ça n'en valait pas la peine.
J’appréhendais du regard Chase qui s'était levé pour se mettre à côté de moi.

- «Écoute espèce de connard, maintenant tu me lâche, où je te jure que je te fais bouffer ta queue et celle de ton copain.» menaçais-je dans ma langue natale.

Je n'étais pas encore stupide au point de vociférer des menaces claires et nettes, ça risquait de se retourner contre moi. Et quand je prenais ce ton, ils comprenaient que le jeu s'arrêtait là pour eux.
J'attendais qu'il me libère, mais il se contenta de resserrer sa prise.
Mon estomac se contracta au creux de mon ventre. Chase se mit à rire.

- «Ahaha écoute là mon pote, je crois qu'elle veut te sucer la queue !»

Ce gros con posa sa main sur mon épaule. Je plongeais mes yeux dans les siens, un sourire séducteur sur les lèvres.
Puis j'attrapais mon assiette et la lui explosais dans la figure. Le bruit qu'elle fit en s'éclatant en mille morceau aurait du me ramener sur terre, mais elle ne fit qu'amplifier ma rage.
J'attrapais Chase, encore un peu sonné, par le poignet et le fit se retourner, le projetant à terre. Je posais violemment mon pied sur sa colonne et tirais son bras en arrière.
Je crois que je l'aurais déboîte. Non c'est même sûr, je l'aurais fais. Mais Clint prit les devant et m'asséna un violant coup de poing en plein sur la pommette. Je lâchais prise en grognant, un peu sonnée. Je ne vis venir son second coup qu'au dernier moment. Je me baissais pour l'esquiver, mais pas assez rapidement. Il m'atteignis en plein dans l’arcade sourcilière, qui céda dans une gerbe de sang.
Mais j'étais trop en colère pour avoir mal. C'était lui, lui qui allait prendre cher, pour tout ce qu'il m'avait fait subir depuis tout ce temps. Cet enculé, ce fils de pute, ce..
Il tenta de m'asséner un autre coup. J'attrapais son poignet au vol.

- «Qui veut ta queue maintenant connard ?!» hurlais-je, la voix déformée par la haine.

Et de mon poing libre, je frappais de toute mes forces dans son coude retourné et tendu. Une vague de satisfaction déferla en moi lorsque je l'entendis craquer. Clint poussa un cri de douleur. Bien fait.
Je fis un pas vers lui, menaçante, lorsque je sentis un bras m'attraper sous la gorge. J'allais contre-attaquer, lorsque je réalisais que ce n'était pas Chase, mais un militaire Allemand.
La réalité me frappa aussi durement qu'un seau d'eau glacée. Merde. Merde, merde, merde, merde, merde.
Une boule m’emprisonna la gorge aussi sûrement que le bras qui y était plaqué. Je pris une grande inspiration plusieurs fois de suite.
Ils le méritaient. Tant pis pour ce qui m'arriverais, ils le méritaient. L’appréhension se mua immédiatement en assurance froide. Je regardais l'étendu de mon œuvre et en ressentis de la fierté. Un rictus me tordis les lèvres, et je me dégageais du militaire d'un coup sec.
Déjà, un attroupement se formait autour de nous. Je croisais les bras et pris un air menaçant. Bon combien de temps avant que Weir et Sheppard ne soient au courant..?
Une main se posa délicatement sur mon épaule. Déjà ?
Je me retournais et reconnu immédiatement Stone. Je ne l'avais pas vue depuis ce fameux verre. Elle avait dû crouler sur le travail, comme tout le monde ici. Je constatais avec un certain étonnement qu'elle était livide.
Elle fixait avec consternation mon arcade ouverte en deux et le sang qui en coulait à flot.

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Ilae Stone

avatar

Date de naissance : 19/09/1979
Féminin Fonction : Scientifique
Localisation : Atlantis
Messages : 22

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D   Mar 14 Juil - 10:43

Entry 6


C'était de la torture, de la vraie. Rien ne pouvait me faire souffrir plas en ce jour si ce n'était cette viscosité, cette odeur pourrie, cette … Eurgh. Je levai une énième fois ma fourchette et laissai à nouveau retomber l'Abomination avec un « splatch » des plus satisfaisants. De la purée lyophilisée. J'eus une grimace de dégoût. Ok, les Anglais sont pas réputés pour leur cuisine mais quand même, là … C'était indubitablement la pire purée de ma vie. Malheureusement, ce n'était pas la première et ce ne serait sûrement pas la dernière. Je soupirai. Foutues rations militaires.

Je repoussai mon assiette avec un regard noir et posai ma tête sur mes mains. D'une impulsion inconsciente, mon imagination s'activa et je me surpris à savourer, d'un air rêveur, les Sunday Roasts de ma mère. Le viande tendre … les patates dorés, bien croustillantes … le gravy, épais, qui s'étale lentement sur les Yorkshire pudding. Haaaaa, qu'est-ce que je ne donnerai pas pour un vrai repas, juste une fois. Mes yeux glissèrent par mégarde sur l'affront qui me faisait face et mon rêve vola en éclats. D'un grognement, je rapprochai l'assiette et commençai à ingurgiter, tant bien que mal, ce mensonge de repas. Pour me distraire, je recentrai mon attention sur les papiers que j'avais amené avec moi au Mess.

Deux mois après notre arrivée sur Atlantis et nous étions toujours en pleine découverte, toujours en pleine recherche et plus on en découvrait, plus les questions se soulevaient. C'était un effort de tous les instants juste pour ce maintenir à jour. C'était fascinant.

Je tournai les pages et me mis à faire quelques annotations. Suite à la crise de notre arrivée, et au regard de ce que j'avais accompli ce jour là, on m'avait accordé mon propre laboratoire avec ma propre équipe mais je n'étais pas dupe. Certes, j'étais sans conteste la meilleur archéologue de notre expédition et de ce fait, j'étais en droit à de la reconnaissance, mais c'était surtout que je possédais le gêne et que j'avais démontré une certaine dextérité dans son utilisation. Même si je n'égalais pas le Major Sheppard dans le domaine.

Des souvenirs amères firent surface. Le Major Sheppard, meneur d'hommes brillant et adaptable à toutes les situations, d'un courage et d'un honneur exemplaires apparemment, si seulement la moitié de ce qu'on disait sur lui était vrai. Le Major Sheppard qui, lors d'une mission de sauvetage avait déclenché la menace la plus mortel sur notre expédition, voir race. Les Wraiths.

Je réprimai un frisson de terreur. J'avais eu l'occasion, lors d'une de mes visites au Dr.Beckett, de voir de mes propres yeux le membre Wraith ramené sur Atlantis et le souvenir me hantait encore. C'est pas naturel, c'est pas normal. J'espérais de toutes mes forces ne jamais avoir à affronter, un jour, cette créature. Et quelque fois je me surprenais à penser qu'une expédition de sauvetage n'aurait jamais dû être lancée. Tête brûlée. Je le savais.

Une bouchée de purée, automatiquement enfournée, me ramena brutalement à terre. Il fallait absolument que je finisse cette paperasse aujourd'hui. Avec toute une équipe sous mes ordres, je ne pouvais pas me permettre de prendre du retard, je devais montrer l'exemple. Je plongeais à nouveau mon intellect dans les histoires de bouclier lorsqu’un bruit violent de vaisselle brisée résonna dans le Mess.

Je levai la tête, désorientée, la panique habituelle refaisant surface. On est attaqués ?! Où ça ?! Je me tournai précipitamment pour essayer de trouver l'origine de la menace. Mon regard se posa sur un accrochage un peu en arrière. Je distinguai un homme à terre avec une fine silhouette noir sur le dos. Soudainement, je vis un deuxième homme s'attaquer à la femme en lui balançant un coup de poing au visage. Non mais ça va pas, il est malade ?! D'un bond, je me levai, imitant par la même occasion mes collègues qui se précipitaient pour séparer les assaillants. Dans la bousculade, je les perdis de vue quelques instants et lorsque je les retrouvai, la femme serrait rageusement le poignet de son assaillant. La gorge serrée, je reconnu le visage, maintenant ensanglanté, du Capitaine à qui j'avais offert un verre il y avait quelques semaines de cela. Malgorn !

« Qui veut ta queue maintenant connard ?! »

Le projection de sa voix, haineuse, me fit m'arrêter brutalement alors qu'elle assénait un coup sur le coude de son prisonnier. Le craquement écœurant de l'os me fît tressaillir. Elle va le tuer … Elle va vraiment le tuer ! Le cri de douleur reporta mon attention sur le blessé. Avec un haut le cœur, je reconnu Clint, l'homme infecte qui nous avait accompagnée toutes deux lors de notre seule et unique expédition ensemble. Avec un clic presque audible, les événements se mirent en place. Clint, l'insubordonné. Clint qui ne supportait pas une femme française capitaine. Clint qui provoquait encore et encore, inlassablement. Et le tempérament chaud de Malgorn qui cède. This is bad.

Alors qu'un militaire s'occupait de ramener le Capitaine Malgorn à la raison par la force, je bousculai l'attroupement qui se formait, essayant de l'atteindre. J'y arrivai sans trop de difficulté, au moment même où une jeune femme, blonde, s'agenouillait près de Clint. Délicatement, pour ne pas la surprendre et recevoir à mon tour la raclée de ma vie, je posai la main sur l'épaule de Malgorn qui se retourna immédiatement, un air à la fois déterminée et résignée sur le visage. Horrifiée, je la fixai. Un flot de sang coulait de son arcade. J'eus un coup d’œil rageur vers Clint qui se roulait toujours piteusement sur le sol. Oh shut up ! C'est pas toi la victime dans l'histoire. Doucement, je pris la main de Malgorn et tirai dessus.

« Viens, il faut soigner ton œil. Suis moi. »

Manifestement abasourdie, elle me suivit sans opposer trop de résistance. Une fois la barrière d'humains curieux dépassée, je lâchais sa main et le poussai gentiment en avant, vers l'infirmerie. Ma conscience m'attaqua violemment. Qu'est-ce que je faisais ? Ce n'était pas mon problème après tout et puis j'avais une réunion d'équipe après le déjeuner, je ne pouvais pas me permettre d'être en retard. Agacée par moi-même, j'avançai déterminée, la main toujours posée dans le dos de Malgorn. Je fixai un regard pensif sur sa nuque. Il allait y avoir des questions et des punitions, c'était sûr. Il faut la soigner et surtout, il faut que je la sorte de là. Oh Christ, this is really bad. Il était clair pour moi que Clint était le méchant dans l'histoire mais je ne savais pas non plus ce qui s'était passé exactement. Cependant, Malgorn ne m'apparaissait pas comme une personne qui cherche des histoires et son attitude lors de notre expédition parlait en sa faveur. What the heck do I do ?

Quand nous arrivâmes enfin à l'infirmerie je grinçai des dents de frustration. Dans quoi est-ce que je me suis encore fourrée ? Je lâchais le dos de ma victime et m'avançai, l'esprit toujours indécis.

« Dr. Beckett ? I have a patient for you ! »

Ça faisait du bien de parler en Anglais quelques fois quand même. Quelques instants plus tard le visage perpétuellement bienveillant du bon Doctor apparaissait.

« Stone ? »

« She's here. » indiquai-je avec mon pouce.

Il me dépassai et je me retournai pour le voir s'affairer autour du Capitaine qui s'était docilement assise sur un lit. Je lui fis un sourire rassurant et m'assis sur un tabouret à quelque distance pour attendre alors que Beckett et Malgorn parlaient. Je les ignorai. L'anxiété me rongeait les nerfs. Qu'allait-il se passer lorsque quelqu'un demanderait - ?

« Alors, que s'est-il passé ici ? »

Le corps glacée, je me tournai pour apercevoir le Major Sheppard, nonchalamment adossé à la porte. Je me levai rapidement tout en jetant un coup d'oeil à Malgorn. Son visage ombrageux et déterminée ne présageai rien de bon et ce fût ce qui me décida enfin. Je me retournai vers le Major.

« Major Sheppard. »

« Professeur Stone. Je suis surpris de vous trouver ici. »

« J'accompagne la Capitiane Malgorn Major, elle est blessé. »

« Je le constate Professeur. » Il détourna son attention de moi pour la reposer sur Malgorn. « Capitaine, je vous le redemande, que s'est-il passé ? »

Je déglutis nerveusement et pris la Capitaine de vitesse. Here goes nothing !

« On l'a attaqué Major. Plus précisément, deux de vos soldats l'ont attaqué. Clint et un autre que je ne connais pas. Elle n'a pas eu d'autre choix que de se défendre. J'ai tout vu Major. »




Over and Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D   Mar 14 Juil - 10:46



Rapport N°6

Elle glissa sa main vers la mienne et tira doucement dessus.

Viens, il faut soigner ton œil. Suis moi.»

Si ça avait été quelqu'un d'autre, je me serais immédiatement dégagé en lui faisant une remarque cinglante. Je n'étais pas fan des contacts peau contre peau, surtout quand j'étais sur les nerfs comme maintenant.
Mais étrangement, la main chaude de ma petite bleue me rassura plus qu'elle ne me révulsa.
Elle me guida à travers la foule, essuyant le regard des quelques personnes nous prêtant attention.
Une fois hors du mess, elle me lâcha et me poussa doucement en avant. Une main sur mon dos, elle me guida à travers le dédale des couloirs de la cité. Je réalisais alors qu'elle m’emmenais vers l'infirmerie. ''Évidemment idiote, elle va pas sortir sa trousse de couture et t’asseoir sur son lit pour te soigner.''
Sur mes deux mois passés sur Atlantis, je n'avais jamais eu l'occasion de m'y rendre. Jamais blessée en mission, jamais malade..enfin jusqu'à maintenant. C'était assez ironique quand on y pensait, être blessée ici alors que les Wraiths nous traquaient sans relâche sur tous les mondes de cette galaxie.
Les portes de l'infirmerie s'ouvrirent dans un chuintement et Stone s'avança.

« Dr. Beckett ? J'ai une patiente pour vous!»

Je me tortillais, mal à l'aise. Le chef de la section ? C'était vraiment utile de le déranger pour moi ? J'étais sûre qu'il avait énormément de travail, des trucs plus urgent à faire que de réparer l'arcade d'une idiote dans mon genre. J'étais néanmoins titillée par la curiosité. Je n'avais jamais eu l'occasion de le rencontrer, contrairement au Dr MaCCain et Major oreille-d'elfe.
Quelques instants plus tard, un homme brun d'une trentaine d'année émergea du dortoir de l'infirmerie.

« Stone ? »

« C'est elle. » fit-elle en me désignant.

J'eus une brève montée de culpabilité en voyant sa tête. Elle était pale et semblait soucieuse. Dans quoi l'avais-je embarquée ? Je baissais la tête.

- «Par ici.» m'indiqua le docteur avec un délicieux accent.

Je m'avançais en traînant des pieds vers le lit qu'il me désignait. J'eus un petit sourire ironique. C'était la première fois qu'un homme me demandait de me mettre au lit avant de me demander mon nom. Je secouais la tête. La situation n'avait rien d'amusante.

- «Capitaine Malgorn, c'est bien ça ? » demanda-t-il en enfilant des gants en latex.

Je hochais la tête un peu étonnée qu'il connaisse mon nom. Il se tourna vers une table médicale pour récupérer des compresses et du désinfectant.

- «Comment est-ce arrivé ?»

Sur la défensive, je relevais la tête et plongeais mes yeux dans ceux du chef des médecins. De grands yeux bleus bienveillants, surplombés par d'épais sourcils bruns qui lui donnait l'air d'être désolé. J'avais entendu parlé de lui, tout le monde disait que c'était un homme généreux et désintéressé, toujours prêt à aider son prochain. C'était du moins l'impression qu'il dégageait.
Gênée par ma réaction, je baissais les yeux en me mordillant la lèvre.

- «Je me suis battue.» répondis-je finalement tandis qu'il appliquait la compresse sur la ligne de mon sourcil.

- Oh ! Pourquoi donc ?»

Je haussais les épaules. Parce que je suis une idiote finie ? Je remarquais alors l'écusson sur son épaule.

- «Vous êtes écossais ! » lui fis-je, autant pour faire diversion que parce que ça m'intéressait vraiment.

Une des cinq nations sœurs de ma Bretagne adorée ! J'identifiais enfin l'origine de son accent. Le bon Dr Beckett était un celte ! Bon, pas de surnom pour lui alors. Je décidais que je l'aimais bien.
Il sembla un peu étonné par ma remarque.

- «Oui. Vous ne vous êtes pas ratée. Fit-il en m'examinant.

- Je suis bretonne !» Indiquais-je alors qu'il m'administrait un sédatif pour me recoudre.

J'allais ajouter quelque chose mais je repérais Stone au fond de la salle. Je me crispais quand je réalisais qu'elle était avec le Major. Je croisais son regard et elle se retourna vers lui. Ils se mirent à discuter.
Beckett sembla remarquer mon changement d'humeur et avisa rapidement Sheppard avant de se mettre à me recoudre. Il allait ouvrir la bouche mais je le coupais d'emblée.

- «C'est moi qui ait attaqué la première.» fis-je pour couper court à toutes questions.

Je pensais qu'il allait changer d'attitude envers moi, la petite française bagarreuse et violente, mais il fronça les sourcils.

- «Que s'est-il passé ? Vous ne m'avez pas l'air du genre à provoquer des bagarre, love.» remarqua-t-il en coupant le fil dépassant de mon arcade fraîchement recousue.

Je haussais un sourcil. ''love''? Puis je détournais la tête et me passionnais soudainement aux barres du pied de lit.

- «Vous ne me connaissez pas, doc'..»répliquais-je, un peu trop tristement à mon goût.

La vérité, c'est que personne sur cette fichue cité ne me connaissait assez pour dire de quel bois j'étais faite. Je n'avais pas.. Quelqu'un apparut au seuil de la porte, me tirant de mes pensées. Weir.. Elle s'approcha de Sheppard et Stone et échangea rapidement avec lui. Puis ils se dirigèrent tous deux dans ma direction. Ma bouche était aussi sèche que le désert du Sahara.
Le Docteur me tendit une poche de glace et s'éloigna légèrement avec un sourire bienveillant. Je posais le poche sur ma pommette qui gonflait à vue d’œil.

Major. Docteur Weir.» fis-je en adressant le salut militaire à mon supérieur.

«Je suis allée interroger Clint et Chase qui m'ont donné leur version des faits commença-t-elle sans préambules. Mais le Dr Stone ici présente nous à donné une version très différente. Nous aimerions entendre la votre.»

Je pris quelques secondes pour réfléchir. Visiblement, ma petite bleue essayait de réparer mes pots cassés..et ces deux connards de s'en sortir à moindre frais.

- «Tout d'abord, je ne nie pas la part de responsabilité que j'ai, mais, Major, avec tout le respect que je vous doit, si vous aviez prêté plus d'attention à mes rapports et à mes mises en garde incessantes, on ne serait pas ici aujourd'hui.»

Weir lança un regard que je ne pus déchiffrer au Major, qui prit un air contrit.

- «Dans ces rapports, je relevais l'insubordination constante dont faisaient preuve Clint et Chase, et insistais sur le fait que cela empirait de mission en mission, devenant plus que du simple refus d'obéir.»

- «Eh bien dans ce cas, il fallait prendre des mesures pour..

- Je sais très bien ce que je dois faire dans ce genre de situation, Sir. Le coupais-je excédée.J'ai pris toutes les mesures que mon rang me permettaient de prendre, et, comme indiqué dans mon rapport datant de deux semaines, ça n'a fait qu'empirer. Leurs harcèlements ne s'est plus cantonné au..moral.» achevais-je en croisant les bras sur ma poitrine.

- «Que s'est-il passé aujourd'hui, Capitaine ?» demanda doucement Weir.

Je levais les yeux, hésitant. Stone était restée là où le Major l'avait laissée et Beckett, un peu en retrait, semblait écouter ce qu'on disait. Je soupirais.

- «Ils ont franchit la ligne rouge.. Je sais que ce n'était pas la chose à faire, mais je ne suis pas une machine, vous comprenez?»

Gagner du temps pour étoffer ton petit mensonge..fais en sorte que les fait le recoupe et ce sera plus que crédible..Sheppard me fit signe de poursuivre

- «Je mangeais avec eux au mess et, comme à leur habitude, ils faisaient des réflexions sur mon..enfin ma..bon, ils m'ont dit que j'étais une, je cite, chiennasse en rut, et qu'ils allaient se faire un plaisir de me soulager. J'ai essayé de couper court à la discution et essayé de m'en aller, mais Chase m'en a empêché. Il m'a attrapé par l'épaule en me disant qu'ils allaient m’emmener dans leurs quartiers pour..voilà..J'ai essayé de me dégager, il a essayé de m'attirer hors du mess pour m'immobiliser et..j'ai paniqué.»

- «Stone m'a dit que Clint et Chase avaient attaqués en premier, et que vous n'aviez fait que vous défendre.

- Ah parce que ça ne ressemble pas à ça ? Major, si je n'avais rien fait ces types seraient en train de..en train de..»

Je plongeai ma tête dans mes mains, imitant à la perfection la femme faible et fragile, ayant été à deux doigts de se faire violer. Pour rajouter un peu de crédibilité, je me forçais à trembler.
Je sentis Weir et Sheppard s'éloigner un peu pour discuter. J'ouvris discrètement deux doigts pour voir ce qu'il se passait. Ma petite bleue s'était approchée du lit. On se connaissait à peine, et pourtant elle essayait de me couvrir.
Le Major et Weir se retournèrent vers moi. Ils avaient visiblement pris leur décision.

- «Le lieutenant vient de nous faire son rapport. Visiblement, les versions des témoins s'accordent plus à vos versions qu'à la leur..»

Je me retins de pousser un soupire de soulagement.

- «Clint et Chase recevront donc des sanctions à la hauteur de leurs actes et seront renvoyés de votre équipe. Cependant, vous comprendrez Capitaine que votre réaction à été un peu trop violente. Ce n'est pas digne des membres de mon expédition. Vous recevrez donc, vous aussi une sanction. Prenez le comme un avertissement.»

Je hochais la tête, après tout, je ne m'étais pas attendue à moins de la part du Dr Weir.

- «Ce sera..?

- Vous resterez sur la cité pour les deux prochains mois, et travaillerez avec la section technique. Plus de sorties via la porte.»

J'étais soulagée. C'était bien moins pire que le pire du pire de mes scénarios. Je devais être trop pessimiste.

- «Oui Dr Weir.

- Veillez à ce que ça ne se reproduise pas.»

Je hochais la tête. Ils firent mine de partir, mais une idée germa au fond de mon cerveau. Après tout, qu'avais-je à perdre ?

- «Major, j'aimerai vous demander quelque chose.

- Allez-y

- ''Veillez à ce que ça ne se reproduise pas'', avec plaisir, mais la plupart des gens ici présent ne font pas preuve de votre sollicitude et il y a de fortes chances qu'ils me traitent comme Clint et Chase. J'aimerai choisir moi-même les membres de mon équipe, d'ici deux mois.»

Ma requête resta en suspens quelques secondes. Sheppard avisa la chef suprême de l'expédition du regard.

- «Nous verrons comment se passe ces deux mois, et nous aviserons.»

Je hochais la tête en dissimulant mon ravissement. Ils sortirent et je me tournais vers Stone, gênée.

- «Merci..»

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Ilae Stone

avatar

Date de naissance : 19/09/1979
Féminin Fonction : Scientifique
Localisation : Atlantis
Messages : 22

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D   Mar 14 Juil - 10:51

Entry 7

Sheppard leva un sourcil surpris.

« On l'a attaquée au Mess ? Vous êtes sûre de vous Professeur ? »

Je déglutis nerveusement. Visiblement il ne me croyait pas. Ce qui n'était pas très surprenant après tout mais ça ne m'arrangeait pas du tout. Je m’efforçai de garder une voix contrôlée et je maintins un regard ferme.

« Aussi sûre que je puisse l'être en voyant deux hommes profiter d'une femme. »

Cette fois-ci, je l'intéressais. Il inclina légèrement la tête m'indiquant de continuer. Je me retins de justesse d'essuyer mes paumes moites sur mon pantalon. Bon dieu, ce genre de choses, c'est vraiment pas pour moi.

« Elle était en train de manger Major quand les deux hommes l'ont approché. Ils ont essayé de la … de la forcer à les suivre je crois. Ils ne la laissait pas partir et elle a dû se défendre. N'importe qui aurait fait pareil Major. »

« Peut être que n'importe qui aurai appelé avant de se résoudre à des mesures aussi extrèmes ? »

Oh shut up, you're not a woman, you can't know ! Je mourrais d'envie de lui balancer ma réplique au visage mais ça n'aurait rien arrangé du tout. Et puis, il n'avait pas tort. Allez, on rajoute un peu dans le pathétique ...

« Vous savez Major ... en tant que femme, je pense que j'aurais fait pareil que Capitaine Malgorn. » Je jetai un coup d’œil hésitant à la capitaine et au Doctor qui la recousait avant de fixer le Major à nouveau. « Je pense que la Capitaine à peut être réagis un peu trop violemment, indéniablement, mais c'était une question de survie. »

Je terminais mon petit speech féministe en le regardant droit dans les yeux. Finalement, je trouvais que je m'en sortais pas trop mal dans mes propos. Je ne faisait qu'insinuer, défendre, je ne justifiait pas et en même temps, je jetais le doute sur ces deux bastards. L'arrivée du Dr Weir empêcha Major Sheppard de me répondre.

« Major. Professeur. » dit-elle en me saluant de la tête. Je lui rendis la pareille.

« Elizabeth. »

« Dr. Weir. »

« Alors Major, quelle est la situation ? »

Le Major m'accorda un regard en coin avant de répondre.

« Pr. Stone ici présent rapporte qu'il s'agirait d'une réaction défensive de la part du Capitaine Malgorn. Chase et Clint aurait été quelque peu … déplacés. »

Dr.Weir eut le même regard interrogateur que Sheppard quelques instants plus tôt et je retins un soupir. Je décidai d'en rajouter un peu.

« Si je puis me permettre Ma'am, j'aimerais ajouter que j'ai déjà travaillé avec Clint lors des premières missions d'exploration et que j'ai été témoin, dès ce moment, de propos mal placés et d’insubordination de sa part envers la Capitaine Malgorn. »

Mon commentaire fit mouche et je vis Weir froncer des sourcils. Sheppard, lui, semblait … déstabilisé. Ils échangèrent un rapide regard et se dirigèrent vers le lit où se trouvait ma Capitaine maintenant rafistolée, une poche de glace sur l'arcade. Je remarquai une nouvelle fois son air fermée et croisai les doigts dans mon dos. Please, please, please say you were attacked ! Je m'approchai de Dr. Beckett pour essayer d'apaiser mes nerfs.

« Hey, Doc', thanks for looking after her. Great job. »

Il me fit son éternel sourire chaleureux.

« I'm a Doctor Stone, c'est mon boulot de soigner les blessés. Et puis c'est un plaisir quand la patiente est aussi agréable qu'elle. »

Je fronçai les sourcils, pensive.

« Vous la trouvez agréable Doc' ? »

« Bien sûr. Pas vous ? »

Comme je ne répondais pas, immergée dans mes pensées de pour et contre, il changea de sujet.

« Comment va votre poignet ? »

« Hmm ? Bien, parfait même grâce à vous. »

Il y a un mois de cela, je m'étais foulée le poignet alors que je récupérais tout juste d'un tendinite. C'est le Dr.Beckett qui s'était occupé de moi, l'équipe médicale étant en mission. C'est à ce moment que j'avais commencé à tisser un fin lien d'amitié avec ce bon Doctor qui restait toujours à l'écoute. C'était parfois agréable d'avoir une présence amicale et non obsédé par les joyaux de cette cité. Parfois. Je tournais mon attention vers la discussion ferme qui se passait à quelques pas de là.

« … qu'empirer. Leurs harcèlements ne s'est plus cantonné au..moral. »

Ah. L'armure de Malgorn.

«Que s'est-il passé aujourd'hui, Capitaine ?»

Et la balle de Weir. Restait à savoir si elle allait avoir assez de présence d'esprit pour l'esquiver. Je ne pût m'empêcher de serrer le poing, nerveuse. Elle me semblait tout à fait capable de revendiquer ce combat haut et fort. Je mordis ma lèvre alors qu'elle croisa mon regard. Please !

«Ils ont franchit la ligne rouge.. Je sais que ce n'était pas la chose à faire, mais je ne suis pas une machine, vous comprenez?»

Pause étouffante de suspense.

«Je mangeais avec eux au mess et, comme à leur habitude, ils faisaient des réflexions sur mon..enfin ma..bon, ils m'ont dit que j'étais une, je cite, chiennasse en rut, et qu'ils allaient se faire un plaisir de me soulager. J'ai essayé de couper court à la discution et essayé de m'en aller, mais Chase m'en a empêché. Il m'a attrapé par l'épaule en me disant qu'ils allaient m’emmener dans leurs quartiers pour..voilà..J'ai essayé de me dégager, il a essayé de m'attirer hors du mess pour m'immobiliser et..j'ai paniqué.»

La tension quittant mon corps était presque perceptible. Elle suit le plan, oh god, yes, elle suit le plan.

J'étais presque surprise par ses propos tellement ils se rapprochaient au miens. Je ne savais pas si c'était la vérité et si j'étais devin où non mais, pas pour la première fois, je bénis mes déductions ainsi que la sainte providence. On était sur la même longueur d'onde. Je m'autorisai un petit sourire soulagé.

«Stone m'a dit que Clint et Chase avaient attaqués en premier, et que vous n'aviez fait que vous défendre. »

Aie, coup bas. Je plissai les yeux. Non mais il est bouché où quoi ce major ?

« Ah parce que ça ne ressemble pas à ça ? Major, si je n'avais rien fait ces types seraient en train de..en train de..»

Stupéfaite, je vis ma capitaine, forte, courageuse, limite ténébreuse, mettre son visage entre ses mains et se mettre à trembler. Euh, c'est pas un peu trop là ? Ainsi, elle paraissait être aussi fragile qu'une fine couche de glace et je me sentis fondre malgré moi. Je me rapprochai doucement du lit alors que Weir et Sheppard parlaient entre eux, mais mon approche compatissante fût interrompue quand ils se retournèrent vers Malgorn. J'affichai un visage lisse de circonstance. Et la sentence sera ...

«Le lieutenant vient de nous faire son rapport. Visiblement, les versions des témoins s'accordent plus à vos versions qu'à la leur..»

Thank the Lord ! Malgré moi, je me fendis d'un large sourire soulagée. Les choses s’arrangeaient.

«Clint et Chase recevront donc des sanctions à la hauteur de leurs actes et seront renvoyés de votre équipe. Cependant, vous comprendrez Capitaine que votre réaction à été un peu trop violente. Ce n'est pas digne des membres de mon expédition. Vous recevrez donc, vous aussi une sanction. Prenez le comme un avertissement.»

Ah … Elle n'avait pas tort. Mais bon.

«Ce sera..? »

« Vous resterez sur la cité pour les deux prochains mois, et travaillerez avec la section technique. Plus de sorties via la porte.»

Mon sourire s’effaça quelque peu mais la satisfaction dominait, on avait évité le pire et, au vue de la tension qui quittai les épaules de ma protégée, je n'étais pas la seule à m'en rendre compte.

«Oui Dr Weir. »

« Veillez à ce que ça ne se reproduise pas.»

Cette bonne vieille Dr. Weir. J'aurais presque pût l'embrasser. Le relâchement soudain de tension y est sans doute pour quelque chose. Je me dirigeai à nouveau vers la blessée mais le son de sa voix interrompit mes pas.

«Major, j'aimerai vous demander quelque chose. »

Oh no. Don't push your luck, shut up, shut up, shut up !

« Allez-y. »

Je faillis me retourner, furieuse, vers le Major. Don't encourage her !

« ''Veillez à ce que ça ne se reproduise pas'', avec plaisir, mais la plupart des gens ici présent ne font pas preuve de votre sollicitude et il y a de fortes chances qu'ils me traitent comme Clint et Chase. J'aimerai choisir moi-même les membres de mon équipe, d'ici deux mois.»

Oh. C'était … inattendu. Je sentis la réflexion intense qui se déroulait dans mon dos et croisai les doigts.

«Nous verrons comment se passe ces deux mois, et nous aviserons.»

En face de moi, je vis Malgorn hocher de la tête et poussai un discret soupir de soulagement. Elle va me tuer cette femme, elle va me tuer. Je vais mourir jeune, stressée avec des rides et des cheveux gris prématurés. Je m'avançai néanmoins jusqu'à ses côtés et m'assit sur le lit d'en face alors que Weir et Sheppard quittèrent la pièce. Je dissimulai mon sourire alors que Malgorn se tournait vers moi. Le menace passée, je me rendis compte que je n'avais jamais été aussi proche d'elle et, surtout, aussi seule avec elle. Je me demandai soudain, nerveusement, si j'avais bien agis, si elle ne m’en voulait pas de m'être mêlée de ses affaires, comment je devais agir, si ….

«Merci..»

Le son de sa voix, gênée, me détendis et j'autorisai mon large sourire satisfait à réapparaître.

« Mais de rien, c'était un plaisir. » répondis-je tout en indiquant son arcade. « Ça va ? »

Elle évita mon regard et hocha négligemment des épaules. Ok, très gênée, donc. Ou alors, elle ne veut pas te parler. Let's try something else.

« Erm, je voulais m'excuser. »

Malgorn leva rapidement la tête et me fixa du regard, indéchiffrable. Bon, au moins, j'ai son attention.

« Lors de la mission d'exploration il y a deux mois, je ne me suis pas très bien comportée et même si je vous ai offert un verre après, enfin, un verre c'est exagérer légèrement les choses ici mais … bref, même si je vous ai offert ce verre, je ne me suis pas excusée, donc voilà. Je suis désolée de m'être comportée comme une gamine gâtée ce jour là et je suis très contente d'avoir pût vous aider aujourd'hui. Pas que ça ai un rapport hein ! Enfin, je veux dire, je ne vous ai pas aidée parce que je m'y suis sentie obligée, pas du tout ! Mais ... »

Plus je déblatérait plus j'avais envie de me taire et moins j'y parvenais. Je sentais mon visage rougir de plus en plus et j'aurai bien demandé à enclencher la clim mais je ne savais même pas si il y en avait ici. Je pris une grande respiration pour me calmer. En face, Malgorn n'avait pas bougé d'un cil et cela me rendait d'autant plus nerveuse. Je décidai qu'il était temps de passer à l'étape suivante. Je tendis ma main, légèrement tremblante, et tentai d'afficher un sourire confiant.

« Je m'appelle Ilae, Capitaine. Et je serais ravie de vous aider encore à l'avenir. »



Over and Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D   Mar 14 Juil - 10:53



Rapport N°6-B

Un large sourire fleurit sur ses lèvres.

Mais de rien, c'était un plaisir. Ça va ? »

Je détournais les yeux en haussant les épaules. J'avais connu pire..

Erm, je voulais m'excuser. »

Intriguée, je relevais la tête et plongeais mes yeux dans les siens. S'excuser ? Pourquoi ? M'avoir sauvé les miches ?

Lors de la mission d'exploration il y a deux mois, je ne me suis pas très bien comportée et même si je vous ai offert un verre après, enfin, un verre c'est exagérer légèrement les choses ici mais … bref, même si je vous ai offert ce verre, je ne me suis pas excusée, donc voilà. Je suis désolée de m'être comportée comme une gamine gâtée ce jour là et je suis très contente d'avoir pût vous aider aujourd'hui. Pas que ça ai un rapport hein ! Enfin, je veux dire, je ne vous ai pas aidée parce que je m'y suis sentie obligée, pas du tout ! Mais ... »

Je contins mon étonnement et, je l'avoue, mon amusement, du mieux que je pus. Sérieusement, elle ruminait ça depuis deux mois ? J'avais pensé que le verre que nous avions prit ensemble avait mis les choses au clair, et qu'elle avait compris qu'elle n'avait pas en s'en vouloir.
Visiblement gênée par mon manque de réaction, ma petite bleue se mit à se trémousser, mal à l'aise. Le visage rouge tomate bien mûre, elle finit par tordre une main tremblante vers moi, un sourire hésitant sur les lèvres.

Je m'appelle Ilae, Capitaine. Et je serais ravie de vous aider encore à l'avenir. »

Je lui rendis son sourire, étonnement ravie. Je l'aimais bien ma petite bleue. Imitant son geste, je pris sa main dans la mienne, et la serrais.

- « Leila..mais appelez moi Lei. C'est avec plaisir que j'accepte votre aide. Que diriez-vous de rejoindre ma future team..?»

Un large sourire fleurit sur les lèvres de la scientifique. Elle allait me répondre quelque chose lorsque son oreillette grésilla.
Je reconnu vaguement une voix masculine, tandis qu'Ilae passait du rouge au cramoisi. Elle bafouilla ce qui me sembla être des excuses et se leva d'un bond. Elle ajouta quelque chose d’incompréhensible à mon intention et partit en coup de vent.

Je poussais un léger soupir. Eh bien..
Redirigeant mon attention sur Beckett, je lui demandais :

- « Je peux y aller ?»

Voyant qu'il fronçait les sourcils, j'ajoutais :

- « Come on Doc', c'était juste une arcade à rafistoler.

- Je vais quand même vous faire quelques examens complémentaires. Vous n'êtes jamais passée, c'est mieux de faire le point de temps en temps ici vous savez. Même si de toute façon, ce sera bientôt obligatoire, tant que vous êtes là, autant en profiter. »

Je me crispais. ''Obligatoire ?''

- « Comment ça ?

- C'est le nouveau protocole qui sera mit en place le mois prochain. Expliqua-t-il en prenant une sorte de boîtier relié à une tablette, de facture indéniablement ancienne. Tous les membres de la cité seront tenus de passer faire le point tous les mois. Toutes les équipes d'explorations devront, elles, faire un bilan complet à chaque retour de mission.»

Je lançais au médecin un regard horrifié. Certes, je comprenais la nécessité de la chose, et me faire tripatouiller par un inconnu lorsque je pissais le sang était une chose. Mais me faire tripatouiller par un inconnu quasiment tous les jours..

- « Pour les examens, ce sera un médecin différent à chaque fois ?

- Oh non, bien que que non. Chaque membre de l'expédition a son médecin référent.» Répondit-il en passant l'espèce de boîtier en face de moi.

Une sorte de rayon vert en sortit, comme un scanner. J'avais l'impression d'être un sachet de PQ à la caisse du supermarché du coin..

- « Ah.» me contentais-je de répliquer comme une idiote.

C'était logique.
Il pencha la tête vers l'écran à main, jeta un bref coup d’œil à mon dossier médical, puis releva ses grands yeux bleu vers moi.

- « Vous avez perdu du poids..constata-t-il en fronçant les sourcils. Vous devriez faire attention, love. Sinon, tout est en ordre, vous pouvez y aller.» acheva-t-il avec son délicieux accent écossais.

Je me levais souplement, et adressais un ''Merci bien, Doc' !'' avant de quitter l'infirmerie.

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 1 : #toujours pas de titre :D
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecran titre taille? [résolu]
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» atik 4 éléments 196 mode cc 1/60 (titre édité)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Secret World :: Mixed-
Sauter vers: