Our Secret World

Just Ilae and Lei
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 0 : Prologue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ilae Stone

avatar

Date de naissance : 19/09/1979
Féminin Fonction : Scientifique
Localisation : Atlantis
Messages : 22

MessageSujet: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 10:42

Entry 1


-« Bienvenue dans l'expédition Atlantis Mademoiselle Stone. »

Atlantis. Atlantide. L'Ile D'Atlas. L'Empire Perdue ou encore Le Quatrième Continent. Quand on m'avait évacuée d’Israël avec un jet de l'armée américaine et des mots comme « mission classifiée » et « secret défense », j'avouerais que je sentais venir quelque chose de gros, quelque chose de dangereux. Mais là … J'avais du mal à croire, assise à mon bureau en aluminium dans un bunker sous-terrain, que dans quelques heures j'embarquais dans une expédition spatiale pour découvrir une île légendaire. Je soufflai et posai ma tête sur mon bureau en grinçant des dents. Mes mains tremblaient et je sentais la sueur couler entre mes omoplates. J'étais à l'orée de ce qui serait sans doute l'expédition la plus fascinante de l'histoire depuis la mise au jour de la tombe de Toutankhamon et j'étais vissée ma chaise, terrifiée. Un rire jaune passa mes lèvres. Bon Dieu, quand est-ce que je vais enfin savoir me contrôler ? Inspiration, expiration … Un à un je détendis mes muscles avant de me redresser et d'adresser à nouveau la feuille blanche qui me faisait face. Une chose à la fois, d'abord Aidan.

J'avais décidé de lui écrire une lettre. Bien sûr j'aurais pût téléphoner où laisser une vidéo mais ça me rappelait nos débuts à l'université où on s'écrivait au moins une lettre par jour. Mais aujourd'hui, j'étais en panne sèche. Qu'est-ce qu'on dis à son frère jumeau quand on  viens d'accepter de participer à une mission d'exploration spatiale, sans savoir si on pourras revenir et sans pouvoir dire quoi que ce soit à cause de la clause du secret ? Je senti ma main trembler à nouveau à la pensée de ne jamais le revoir et une larme perla au coin de l’œil. Calme toi, respire. Tête froide et professionnelle. Tu ne peux pas laisser passer cette chance, tu le sais et Aidan le comprendrais, tu le sais aussi. D'ailleurs là, il te traiterai d'idiote finie. Tu vas enfin découvrir comment tout à commencé et avec les plus grands scientifiques  du monde en plus ! Un peu de cran, damned. Je reniflai, séchai mes yeux et gribouilla une courte missive disant juste que je repartait en expédition en Israël mais sous-couverture cette fois et sans dire quand j'allais revenir. Je le termina d'un love you tender et scella l'enveloppe avant de le regretter.

Ma tache accomplie, je jetai un coup d’œil à l'uniforme qu'on m'avait apporté un peu plus tôt. Une sorte de blouson de ski en deux parties avec deux triangles bleus sur le devant, signe que j'étais bien une scientifique. Au moins le bleu me va bien … Je l'enfilai avec une petite appréhension mais la taille était bonne et tout compte fait, je la trouvais confortable. Pour tromper ma panique, je me dévissais le cou en essayant de m'apercevoir de le « miroir » de la « salle de bain », si on pouvaient les appeler tel quel … En dessous de ma mine anxieuse, je réussit à apercevoir le haut de mon corps et l'uniforme me fit l'effet d'un coup de fouet. C'était pour de vrai. Je faisais vraiment parti de l'expédition, j'allais vraiment partir. Un filet de bulles apparurent au fond de mon ventre accompagné d'un sourire et je senti enfin l'excitation des découvertes me monter à la tête.

Et le mieux, c'est qu'ils m'avaient recrutée pour mes capacités, pour mon parcours. Ils proclamaient, non pas au monde, mais à l'univers entier que j'étais digne de faire parti des pionniers humains. Ils comptaient sur moi. Avec la fierté de cette pensée revint un peu d'anxiété. Est-ce que j'étais prête ? J'avais été plus qu'attentive au débriefing et j'avais déjà relu mon dossier au moins cent fois mais … Je me précipitai à mon bureau de nouveau, cette fois pour feuilleter un dossier à faire pâlir une encyclopédie. En résumé c'est assez simple… Les Anciens, Alterans ou Anqueitas, avaient des Stargate que l'on active via différents codes, ou adresses, à huit caractères. Les Goau'lds, ennemis parasitaire, avaient mis à mal plusieurs autres expéditions qui eux, avaient été aidés par les Asgards, dernier membre militairement actif d'une alliance forgé des millénaires de cela… Ok, quoi d'autre ? La Cité des Anciens, Atlantis, forcément, inconnue blablabla …les ZPM, but principale de la mission, oui … et le gêne des Anciens, ou ATA, qui est le déclencheur pour accéder à la technologie des Anciens. Seuls ceux porteurs du gêne peuvent les utiliser, or seulement une poignée de personnes possèdent ce gêne …

Je pris une pause dans ma relecture frénétique en me souvenant de la prise de sang que j'avais passé après le débriefing et des rumeurs qui couraient. A ce qu'il se disaient le Docteur Beckett avait réussi a recréer le gêne et pouvaient l'inoculer aux volontaires. Il y avait seulement une chance sur deux que cela fonctionne mais si j'en avais l'occasion … pourquoi pas. Ce serait une formidable opportunité pour découvrir les Anciens de première main.

Je secouai ma tête et me plongea à la place dans l'organisation de l'expédition. Elle serait menée par Dr Elizabeth Weir qui avait déjà dirigé le SGC. Je me sentais inexplicablement proche de cette femme. Il fallait beaucoup de courage et une volonté de fer pour se hisser à une telle position sans même faire parti d'un groupe décisif. Venait ensuite le lieutenant-colonel John Sheppard. Américain, responsable des militaires. Il m'avait tout l'air d'une tête brûlée mais il possédait le gêne et, a ce qu'on disait, une certaine dextérité dans son utilisation. A voir. Les médecins étaient dirigés par le Dr Carson Beckett, justement. Un génie dans son domaine apparemment. Bien que je n'aspirai pas à être blessée, j'éprouvais une certaine hâte à lui parler malgré son … état d'écossais. Les gens n'avaient pas tous la chance d'être anglais. Mais je tournais rapidement la page pour laisser mes yeux tomber son mon idole de l'expédition, le Dr Rodney McKay, canadien et astrophysicien de renommée … plus que mondiale bientôt. J’eus un mince sourire quelque peu prédateur. Me savoir sous ses ordres était quelque peu … excitant. Je refermai le dossier et m'adossa avec un soupir. Concentre toi for Christ's sake. T'es ici pour bosser, pas flirter. Mes idées remises en place, je jetai un regard à ma montre. 7H47. Pile à l'heure pour aller récupérer mon dossier et chercher mes affaires. J'aurai même l'occasion d'entrer en contact avec mes futurs collègue.

Je me levai nerveusement, et ajusta mon uniforme. Il s'agissait de faire bonne impression après tout. Une dernière virée à la salle de bain où j’essayai de calmer mon anxiété grandissante en  m'éclaboussant d'eau, un rapide coup de brosse et « nattage » de cheveux et j'étais prête. Je laissai le dossier sur le bureau. Je n'en aurai pas besoin et puis ici, c'était moi la novice, tout les autres étaient au courant du contenu. C'était pas exactement un dossier top secret, où plutôt si, mais il se trouvait dans un endroit fréquenté uniquement par des personnalités top secrètes donc bon. En revanche, je pris mon bloc notes personnel et mon bic. Au dernier moment j'avisai l'oreillette posée sur le bureau. Je l'enfilai rapidement en me traitant de tous les noms et en essayant de me souvenir les explications données sur comment l'utiliser. Canal … 2 ? Non, 1. L'appareil mis en place, mon bloc note à la main, mes bandes bleus clamant mon statut et la croix de Saint Georges sur mon épaule bien en évidence, j'ouvris ma porte et avançai avec un air confiant et résolu.

En réalité mon cœur tremblait de peur et mes jambes semblaient s'être transformés en jelly. Je sentait a nouveau mes paumes devenir moites et j'avais l'impression que le monde entier me regardait d'un air accusateur. Malgré moi, je senti ma tête baisser et j’obliquai insensiblement ma trajectoire de façon à me rapprocher du mur. Respire, respire. Douuuuceeeement. Voooilaaa. Un peu plus sereine, je levai la tête en arrivant dans la réserve et sifflai, impressionnée. C'était grand. Et c'était rempli de monde. Mon ego pris un coup en réalisant qu'autant de personnes participaient à l'expédition mais fut rapidement réconforté par la minorité de scientifiques que j'apercevais. Bien.

J'avisai l'homme qui s'occupait visiblement de l'organisation et me dirigea vers lui. Obligeamment, il m'offrit une feuille avec la liste de matériel disponible en me disant de choisir ce qu'il me fallait mais rien de plus.Je pris la liste avec une grimace. Visiblement, les promenades de santé n'étaient pas vraiment au programme du jour : gilet tactique, holster, gourde, boussole … mon regard parcourut la liste jusqu'à tomber sur Berreta 92FS, HK416 et AT4. Ah. Il fallait que j'en prenne moi ? Je me positionnai dans la première file en essayant de trouver une personne apte à répondre et qui ne me prendrai pas pour la dernière des gourdes. Je me décidai pour la personne derrière mon premier stand par manque de candidats. Alors que la femme devant moi sortait de la file, je m'approchai à mon tour.

-« Euh, excusez-moi, je – »

-« Votre nom Madame ? »

-« Mon no … Je m'appelle Ilae Stone et je me demandais si - »

-« Stone, Stone, Stone … Ah, je vous ai trouvée. Tenez, voici votre dossier avec le rapport médicale. »

-« Euh, merci mais je – »

-« Et voici votre sac de voyage 30L Madame Stone. »

-« D'accord, oui. Merci. Très bien. Maintenant, si vous pouviez m'écouter ?! »

La femme se redressa de sa pile de dossier, surprise par mon ton cinglant.Je ne me laissai pas le temps de me sentir coupable et poursuivit, consciente de la file derrière moi.

-« Je voudrais juste savoir si le personnel scientifique est tenu de s'équiper des armes à feu? »

Je vis son regard prendre un air surpris mais à mon grand soulagement elle se contenta de m'expliquer.

« La plupart des armes ici sont réservés aux membres militaires de l'expédition et des armes vous seront distribués sur place en cas de besoin. Néanmoins, on conseille fortement aux autres membres de s'équiper du minimum en cas d'urgence. Personnellement, si vous n'êtes pas une habituée, je vous conseillerai le Jericho 914. »

Je la remerciai avec un sourire et des yeux débordants de gratitude avant de me diriger vers les autres tables qui croulaient sous l'équipement. Rapidement, je me retrouvai avec des jumelles, des cyalum, d'un ordinateur portable qui semblait mille fois supérieur au mien et une foule d'autres objets qui me paraissaient nécessaires. Je sentais aussi le poids du fameux Jericho 914 peser sur ma conscience. On me rendit aussi mes effets personnels en me disant que j'avais aussi le droit d'emmener quelques tenues civils, en plus des treillis, ainsi qu'un objet personnel. Je m'attelais à la tache avec passion, chaque excuse étant bonne pour éviter de penser à mon ventre de plus en plus noué. L'objet était facile, je n'allais nulle part sans mon ordinateur qui compilait mes recherches personnelles, livres, musiques, séries, films et jeux. Mais les tenues civiles … Je devais pencher pour le flatteur ou pour le tout-les-jours ? Une idée germa : est-ce qu'il y aurai des soirées sur Atlantis ?

J'étais encore en train d'hésiter entre un soutien gorge blanc à lacets et un corset flatteur quand j’aperçus du mouvement du coin de l’œil. Je me retournai, affaires à la main et me retrouvais nez à genou avec un personne visiblement impatiente. Je levai la tête mais je ne put placer un nom sur le visage effectivement impatient.

-« Ilae Stone ? »

-« Oui ? »

Je me levais, curieuse, en laissant discrètement tomber mes affaires dans mon sac pèle-mêle.

-« Vous êtes attendue depuis 5 minutes dans la salle des Scientifiques pour un dernier briefing. Je suis ici pour vous y amener. Je vous suggérerai par ailleurs d'allumer votre radio. »

Sa voix était fait d'énervement contenue et il me trouvait décidément pénible.

-« Attendue depuis 5 minutes ? Mais … ce n'était pas prévu ? »

Mon ton aigu et dérouté acheva de le convaincre que j'étais une idiote finie. Il soupira théâtralement en faisant signe de le suivre.

-« Non Stone, c'est pourquoi nous avons des radios. Pour l'imprévu. »

Effarée, je jetai quelques habits au hasard dans mon sac avant d’emboîter son pas. Bravo ma vielle, tu voulais bien te faire voir ? Tu pouvais pas faire mieux : t'es en retard. Bon sang, j'étais sûre que c'était le canal 1 ... Je rendit ma feuille complétée à la sortie de la réserve et suivit mon messager, aux cheveux un peu fous, au travers d'une séries de couloirs plus froides les unes que les autres. Il s'arrêta devant une porte identique à ses sœurs et entra d'un pas vif, sans frapper, visiblement presse de se débarrasser de moi.

-« Ah, Stone. Content de voir que tu daignes te joindre à nous. »

En fait si, je pouvais faire mieux. J'étais en retard à un briefing conduit par le Dr McKay et Daniel Jackson. Shit. Je m’éclaircis la gorge péniblement mais ma voix resta quelque peu perdue.

-« Je suis vraiment navrée mais … c'est ma radio, et... enfin, je n'ai pas dû bien l'activer et … excusez-moi, ça ne se reproduira plus. »

Penaude et énervée contre moi-même, je m'assis faiblement dans la chaise la plus proche sous le regard irrité du Dr. Mckay et écoutai le briefing portant sur la technologie des Anciens en notant silencieusement les informations sur mon notepad. A 8H45, le Dr Jackson conclut le briefing en nous souhaitant bonne chance. Son envie de nous accompagner résonnait comme un gong dans tout la pièce et en cet instant de honte profonde, j'avais une grosse envie de lui céder ma place. En rangeant mes notes je me fis la réflexion qu'au moins, mon énervement avait réussi à faire fondre mon anxiété. A la place, je brûlais d'envie de me racheter et prouver ma vraie valeur.

Je filai sans demander mon reste, tout en essayant de bidouiller ma radio. Je réussit à la mettre sur la bonne fréquence et, par je ne sais quel miracle, je parvint à l'allumer. J'étais encore en train de me maudire lorsque j'arrivai à la salle d'embarquement, noire de monde. Je trouvais le carré où étaient regroupés la majeure partie des blousons bleus et me laissai discrètement glisser à terre, mon sac entre mes genoux. La Best Of des expéditions et je me comporte comme une gamine. You're English for Chrit's sake ! Je pris une grande inspiration et ouvrit les yeux juste à temps pour voir Mckay me dépasser, pas l'air franchement plus dans son assiette que moi. Je souris légèrement. Peut être que je ne suis pas la seule à avoir l'estomac à l'envers finalement. Rassurée par cette pensée, j'observai mes alentours, curieuse, et trouvai la Stargate.


Immense, elle me fut vaguement décevante. Une arche métallique avec des étranges symboles gravées … C'était difficile de croire qu'elle était capable de nous amener jusqu'à une autre galaxie. Une partie de moi cependant, brûlait d'impatience de la voir en œuvre et d'arriver enfin, à la Cité Perdue. Pour déjouer l'attente et la peur cependant, je sorti mon dossier personnel et me mit à le feuilleter tranquillement. Je tombais sur mon rapport médicale et un tampon rouge attira mon regard: ATA Active. Je fronçais de sourcils. Qu'est-ce que - Noooo way ! Really ?! Le Gêne des Anciens, actif, chez moi ?! Il devait y avoir erreur ... Je levais la tête, paniquée, mais personne ne vint à mon secours. A la place, je vis une femme, au blason rouge, s'avancer vers la rampe avec toute l'assurance d'un empereur. Ca, c'est Dr Weir. Elle se campa solidement et adressa la salle entière d'un voix ferme mais chaleureuse.

-« Chacun d'entre vous s'est proposé pour cette mission et vous représentez une douzaine de pays. Vous êtes les meilleurs et les plus brillants du monde et à la vue de cette aventure dans laquelle nous allons nous embarquer, vous êtes aussi les plus courageux.
J'espère que nous reviendrons tous un jour en ayant découvert un tout nouveau domaine à explorer pour l'Humanité, mais comme vous le savez tous, nous pourrions ne jamais revenir chez nous.
Je vous offre à tous une chance de retirer votre participation... »


Ah, la psychologie inversée. Classique. Mais je devais avouer que ça marchait. En quelques phrases bien choisies elle venait d'acquérir la bravoure et la détermination de toute une salle, la mienne la première. Ma volonté à prouver ma valeur s'affermit et je me levai, juste avant qu'un mince sourire apparaisse sur son visage.

-« ..Commencez la séquence d'ouverture ! »

Mon regard la dépassa pour s'arrêter sur le Gateway qui s'illumina, symbole après symbole. D'accord. Là, c'était du spectaculaire. Au moment ou le couloir dimensionnelle apparut, mon cœur tambourinait sous l'effet de l'adrénaline et de la peur. Je ne fus même pas déconcertée par l'aspect flaque d'eau. A la place j'observai le groupe d'éclaireurs, conduit par Sheppard, passer en premier, le cœur au bords des lèvres. En dépit de tous les dangers, de tous les risques, j'étais en proie à une excitation extrème. Je resserrai mes paumes moites autour des sangles de mon sac, priant pour que cela fonctionne. Quelques instants plus tard, ce fut le tour de mon groupe d'avancer. Déchirée entre la terreur et la hâte folle, je passai mon sac sur mon dos, accorda un bref regard à mon drapeau et suivit le reste de mon équipe. 7 pas. 5 pas. 4, 3, 2 … Je ne put résister de fermer les yeux en traversant la barrière. Bizarrement, je ne ressentit rien et, après deux pas de plus, je consentis à rouvrir les yeux.

La salle était immense et … différente. Un léger halo bleu illuminait la pièce, juste assez pour distinguer les environs. Un balcon nous surplombait et de tous les côtés disparaissaient des couloirs.  En face de mon groupe, je voyais les éclaireurs, confiants, s'engager dans ceux-ci. Soudainement, des lumières commencèrent à s'allumer et je regardai autour de moi, paralysée.

Over and Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 10:46



Rapport N°1

Les yeux grands ouverts, je contemplais les discrètes fissures du plafond, le cœur battant. Je n'en revenais pas..ou plutôt, j'avais du mal à assimiler tout ce que j'avais appris aujourd'hui.
L'homme qui nous avait briefé, un colonel ou commandant ou que sais-je, s'était excusé de nous mettre au courant la veille de notre départ, mais compte tenu du fait que nous étions les tout derniers candidats reçus, ils n'avaient pu faire autrement.
Pendant deux heures il nous avait expliqué le plus clairement possible en quoi consistait le programme 'stargate' et le but réel de l'expédition.

- «Atlantis..»

N'y tenant plus, je rejetais les couvertures d'un coup sec et me levais. Je grimaçais en sentant le sol froid sous mes pieds nus.
La petite chambre qui m'avait été attribuée pour la nuit était sobre. Mur en béton armé, sol en béton armé, lit au cadre métallique et bureau en aluminium..le summum du confort en somme !
J'allumais la lumière et m'installa en face de l'étroit bureau. Un dossier, presque aussi épais que le célèbre livre 'L'Art de la Guerre', y était posé. Je l'avais déjà ratissé du début à la fin, mais comme je n'arrivais pas à dormir, autant utiliser mon temps à quelque chose d'utile. Toutes ces données étaient nouvelles pour moi et il me faudrait du temps pour tout enregistrer.
Anciens, porte des étoiles, goau'ld, asgards, et atlantis..la cité perdue des anciens. J'allais partir à la recherche de la cité des contes de Platon.
Je m'imaginais en train de vivre de folles aventures à la Milo dans le dessin animé de Disney lorsque je tombais sur le chapitre traitant du gène dit des anciens. Ou ATA. Apparemment, seul un faible pourcentage d'entre nous avait la chance de le posséder. Et il était essentiel à l'activation de la technologie ancienne.
Après le briefing, tous les candidats avaient dû faire une prise de sang, afin de déterminer si ils possédaient le précieux gène.
J’espérais vraiment que mon résultat serait positif..sans lui, comment diable pourrais-je aller bidouiller la technologie ancienne en toute liberté ?!
Un cadre à la fin du chapitre attira mon attention. Tiens, j'avais du le raté..en même temps, quel est l’intérêt de noter quelque chose à part et en trois fois plus petit que le reste ?!

Voyons voir...


[...]Les personnes possédant le gène sont d'autant plus précieuses qu'elles sont rares. C'est pourquoi le personnel médical n'a cessé de rechercher une solution à ce problème
Le Dr Carson Beckett travail en ce moment à mettre au point ce gène artificiel à partir d'un rétrovirus de souris. Néanmoins, selon ses estimations, seul la moitié des personnes inoculées seront récompensés par un gène ATA actif.

''Eh beh..ce doit être un sacré petit malin celui là..comme tout ceux ayant pris part à l'expédition j'imagine.''
Une boule d'angoisse me noua les tripes. Qu'est-ce que je foutais là ?! Je ne connaissais rien aux anciens, à la porte des étoiles ou à la galaxie de pégase ! J'allais juste être un boulet au pied des gens compétents. J'étais, j'étais..
Quelqu'un frappa à ma porte, me tirant de mes pensées.
Je secouais la tête en me levant et attrapais une robe de chambre. Manquait plus que j'aille ouvrir en T-shirt culotte et le compte y serait..
Je tournais la clef dans la serrure et la porte s'ouvrit sur soldat du SGC. Il tenait dans ses bras un paquet de vêtements consciencieusement repassés et pliés.

- «Capitaine. Votre uniforme. Fit-il en me tendant les fringues. Le commandant veux que tous les officiers fasse un inventaire de ce qu'ils emmènent et de ce qui pourrait potentiellement leur manquer. Vous avez jusqu'à huit heures. Vous devez être prête à embarquer à 9 heures. Si vous avez des questions, adressez-vous au major Sheppard. Voici votre radio, ainsi que votre oreillette. Canal 3 pour les questions.» Précisa-t-il.

- «Merci. Heu..quand est-ce que je recevrais les résultats de la prise de sang au juste? »

- «Une copie de votre rapport médical vous attends avec le reste de vos affaires, à la réserve.»

- «Très bien. Vous pouvez me laisser.»

Le type tourna les talons et repartit dans le couloir en frappant des bottes. Ces militaires..techniquement j'en était une aussi mais je restais au fond de moi une mécano, une vraie, une dure, une pas cuite.
Je refermais aussitôt la porte pour enfiler tout ce que le soldat venait de me donner. Le type qui avait pris mes mensurations avait fait du bon travail, l'uniforme m'allait à merveille. J'avisais les bandes noires sur le devant, me rappelant vaguement un passage du dossier où ils mentionnaient les couleurs selon la fonction. Militaire pour moi donc. Tant mieux, je crois que je ne me serais jamais habituée au vert des techniciens. J’attrapais l'élastique qui traînait sur le bureau et attachais mes cheveux en queue de cheval haute.
Je me dirigeais ensuite vers la minuscule salle de bain pour ranger mes affaires dans ma trousse de toilette. Puis je fis rapidement mon lit, attrapais le dossier et sortis.

J'avais beau me tenir droite, je me sentais particulièrement mal à l'aise. Les gens me dévisageaient, l'air moqueur, ou agacés. Peut être à cause de ma super trousse de toilette blanche à carreau rouge avec un pompom sur la fermeture éclair. Mais je penchais plus sur le drapeau français que j’arborais sur l'épaule gauche. Ma nation n'avait jamais été très populaire. Quand on ne nous disait pas malpolis, flemmards ou grognons, on nous taxait de lâches ou d'idiots. Sans parler de la réputation des françaisES. Ce n'était pas la première fois que j'expérimentais la chose, et ça m'agaçait tout particulièrement. Je me dis que, dès que j'en aurais l'occasion et le temps, j'enlèverai l'écusson et le remplacerai par le drapeau breton.. si j'en avait le droit. Sinon je mettrai le Gwenn-ha-Du en dessous.. on verra bien.

Au bout de quelques minutes à déambuler dans le dédale de couloirs du SGC, j'arrivais à la réserve. Nombre de membre de l'expédition étaient déjà sur place. Ils faisaient la queue devant divers ''stands'' (comment appeler ça autrement..?) où on leur fournissaient uniformes, tenues d'expédition, équipement ect..
Ils notaient ce qu'ils emportaient au fur et à mesure qu'ils les mettaient dans leur paquet.
Un homme assez grand, visiblement chargé de diriger les nouveaux arrivant, me donna une liste en me disant de prendre ce qu'il me fallait.
Je me dirigeais vers la première file et attendis patiemment mon tour. On me demanda finalement mon nom, et je reçu un énorme sac de voyage ainsi qu'un dossier classé ''confidentiel''. Je me passais le sac à l'épaule puis sortis de la file en ouvrant le dossier. Cherchant fébrilement la page indiquant le résultat du test, je me dirigeais vers la seconde file. Une pointe de déception me vrilla le ventre en constant que j'étais négative. J'allais vraiment être un boulet..

L'heure qui suivit fut particulièrement éprouvante, entre le brouhaha incessant des dizaines de personnes entassées dans la réserves et le sentiment d'angoisse qui montait en moi. Je récupérais les différents types d'uniformes, ainsi que le matériel attribué à ma fonction. On m'indiqua que j'avais le droit d'emporter quelques tenues civiles ainsi qu'un objet personnel. Je demandais avec amertume si l'épilateur électrique était compté comme tel ou si il était classé dans ''matériel d'hygiène indispensable''. La nana a qui j'avais posé la question me répondit très sérieusement qu'il correspondait à la deuxième catégorie. On me rendit ma valise pour que je choisisse ce que je prenais ou non. Oui super..j'aime déballer mes culottes en dentelle devant une armée d'inconnu.. Je m'éloignais un peu de la foule et commençais le tri en râlant.
Un chuintement retentit dans mon oreille droite, suivit d'une voix à l'agaçant accent américain.

- «Capitaine Malgorn. Ici le Colonel Sumner. Vous avez trouvé toutes vos affaires ?»

Je sursautais. Et réalisais que c'était la radio. Je portais maladroitement ma main à mon oreille pour répondre.

- «Oui, colonel. Que puis-je pour vous?»

Et voilà, à peine en fonction, déjà harcelée par les supérieurs..

- «Bien. Dépêchez-vous d'enfiler votre tenue, vous faites partie de l'équipe d'éclaireurs. »

- «Quoi?! Ne pus-je m'empêcher de lâcher. Mais..ce n'était pas prévu. Si je puis me permettre, sir, pourquoi un tel changement ? »

- «Apparemment votre gouvernement a..''insisté'' pour qu'un de ses représentant fasse partie de la première vague. Vous avez été sélectionnée. Je vous attends dans vingt minutes dans la salle de briefing avec le reste de l'équipe pour coordonner tout le monde. »

- «Oui, colonel.»

Je fulminais. Et voilà la p'tite française qui va encore se faire bien voir.. on va pouvoir rajouter 'pistonnée' à ma longue liste de défauts. Je lançais rageusement ma dernière paire de chaussette dans mon sac et me dirigeais vers les vestiaires pour me changer.

----------------------

Le briefing, mené par le colonel Sumner et le major John Sheppard, fut clair et rapide. J'essayais de retenir du mieux que je pouvais les noms et visages des membres de mon équipe, de mes supérieurs et de mes subordonnés. Je ne pus cacher un sourire ironique en voyant le major et ses surprenantes oreilles d'elfes.
Puis l'heure sonna et nous nous dirigeâmes vers la salle d'embarquement tous ensemble.

La salle se remplit rapidement. Je tentais de repérer les chefs des différentes sections. Mon regard se posa part hasard sur le chef du département scientifique et de recherche. Un canadien à l'air pataud et angoissé. Madney..non McCain..pas comme les frites quand même ? Ah non..McKay. Pas pareil en effet. Je détournais les yeux lorsque son regard se posa sur moi et reportais mon attention sur la porte des étoiles.
Comment cet immense anneau, aussi impressionnant soit-il pouvait-il nous transporter dans une autre galaxie..? Je me perdis un instant dans la contemplation de la relique et remis les pieds sur terre à l'arrivée du Dr Weir.
La chef de l'expédition. Je trouvais ça formidable qu'une femme, civile qui plus est, ait réussi à s'imposer en tant que leader de l'expédition face à tout ces assoiffés de pouvoir de militaires. Après, est-ce qu'elle arrivera à s’acquitter de cette tâche, c'est une autre question...
Elle se plaça sur la rampe comme n'importe quel diplomate se plaçant sur une estrade.

- « Chacun d'entre vous s'est proposé pour cette mission et vous représentez une douzaine de pays. Vous êtes les meilleurs et les plus brillants du monde et à la vue de cette aventure dans laquelle nous allons nous embarquer, vous êtes aussi les plus courageux.
J'espère que nous reviendrons tous un jour en ayant découvert un tout nouveau domaine à explorer pour l'Humanité, mais comme vous le savez tous, nous pourrions ne jamais revenir chez nous.
Je vous offre à tous une chance de retirer votre participation...
»

Quelques minutes auparavant, j'avais encore des doutes sur ma place dans cette expédition, mais à présent, je savais, je le sentais au plus profond de mes tripes, j'étais faite pour être là. Elle n'aurait pas pu mieux dire pour encourager tout le monde, pas une personne ne bougea. Elle hocha la tête, un sourire flottant sur les lèvres.

- «..Commencez la séquence d'ouverture ! »

L'anneau central se mit à tourner, activant un à un les 8 symboles de l'adresse de la porte d'Atlantis.
Et la porte s'activa.
Un gigantesque vortex, comme un geyser sortant de terre, fut propulsé dans notre direction, et l'intérieur de la porte se transforma en flaque ondulante et brillante.
J'avais les yeux comme des soucoupes, le cœur battant prêt à exploser. Ça y était. Je tremblais discrètement, autant de peur que d’excitation. Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais..

Mon équipe entama son avancée et je suivis le mouvement.
J'hésitais un instant devant l'espèce de magma bleuté. Pris mon souffle. Et fis un pas en avant.

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 10:52



Rapport N°2-A

La dématérialisation en soi, est loin d'être agréable. Ce n'est pas tant que c'est douloureux c'est juste..j'avais l'impression qu'on m'avait jeté dans un lac en plein hiver, l’atroce morsure du froid sur ma peau en moins.
J'étais dans un long tunnel lumineux, et je voyais des étoiles et des planètes défiler à une vitesse hallucinantes autour de moi.
L'expérience en elle-même dura un peu plus d'une minute. J'étais entrée dans le vortex et, l'instant d'après, je posais le pied sur une cité Ancienne, dans une galaxie qui n'était plus la mienne.

Je portais machinalement ma main à mon FN P90 en déglutissant.
Nous nous trouvions au sein d'une immense salle à l'architecture qui m'était totalement inconnue. ''Ancienne.''
J'allumais ma lampe et avançais prudemment pour me mettre en position. Sur notre droite et notre gauche, on pouvait distinguer des couloirs s'enfonçant dans l'obscurité. En face de nous se détachait un large escalier qui débouchait sur un gigantesque vitrail. Levant les yeux je repérais un balcon nous surplombant sur notre droite.
L'équipe au complet, nous entamèrent une brève reconnaissance. Je réprimais un sursaut lorsqu'une des balises vers laquelle je m'était approchée s'alluma. J'allais en faire le rapport lorsque je remarquais que la salle entière était en train de s'éclairer sous nos pas.
Ne recevant aucun ordre allant dans le sens contraire, je poursuivis ma reconnaissance accompagnée de deux soldats jusqu'à la naissance du première couloir. Celui-ci débouchait sur ce que me semblait être une porte. Mais rien de menaçant à l'horizon. J'ordonnais à mes gars de surveiller cette entrée et annonçais «Malgorn, dégagé.» dans mon oreillette.
Bientôt retentirent dans mes oreilles les rapports des autres officiers, similaires au mien. Puis le feu vert du colonel se fit entendre.
Je retournais à la porte pour accueillir et diriger le reste de l'expédition. Nous reçûmes l'ordre de récupérer les affaires et de les empiler le long des murs avec l'aide du personnel fraîchement débarqué. Le colonel précisa aux officiers de former un groupe de quatre personnes, dont trois militaires, afin de commencer sans plus attendre l'exploration de la cité.

Obligée de me mordre la lèvre inférieure pour réprimer un sourire de gamine, je m'avançais vers le premier groupe. Atlantis..on était sur Atlantis bon sang ! A des milliards de milliards d'années lumières de notre Terre ! Il me tardait de terminer la phase primaire d'exploration pour me concentrer sur l'étude de la technologie ancienne ! Raaah rien qu'à voir leur architecture, il était clair que la civilisation ancienne était extraordinaire.

Je repérais une scientifique tétanisée en sortie de porte et je me dirigeais vers elle. J'ordonnais au passage aux gars que j'avais postés à l'entrée du couloir de venir donner un coup de main à décharger le matériel de la première vague.
Attrapant agilement un sac de voyage , je me plantais devant la petite bleue. Enfin petite..elle me dépassais d'une bonne tête, mais c'était le cas de la plupart des gens. Avisant l'insigne sur son épaule, je dissimulais un petit sourire ironique. Du rosebeaf quelle chance !
N'étant pas très douée pour les contacts humaines, je me contentais de lui prendre son sac des mains en lui faisant signe de me suivre.

- «Je suis le Capitaine Malgorn. Le colonel a ordonné que l'exploration de la cité se fasse en équipe de quatre avec un membre du personnel scientifique. Vous venez avec nous. » déclarais-je sans préambule à la grande brune.

Je posais son sac près des affaires déjà rangées et la présentais brièvement au reste de l'équipe.

- «Voici le soldat seconde classe Clint ainsi que le sergent Dempsey. Vous êtes..?»

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Ilae Stone

avatar

Date de naissance : 19/09/1979
Féminin Fonction : Scientifique
Localisation : Atlantis
Messages : 22

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 10:56

Entry 2


C'était immense et … presque magique. Ça ne ressemblait à rien de ce que j'avais déjà vu auparavant. Ce que j'avais pris pour une attaque surprise n'était qu'en fait … Un enclenchement automatique des lumières ! Quand on s'avançait, la lumière s'allumait et puis … s'éteignait au fur et à mesure. Ça c'était de l'économie d'énergie ! Et dire que leur civilisation était plus vieille que la notre de plusieurs milliers d'années … On pouvait en apprendre tellement ici. Lentement, je tournai sur moi-même, ignorant les bousculades des personnes qui sortaient tour à tour de la Stargate. J'étais ici, à Atlantis, dans une autre galaxie, et c'était tout ce que j'avais imaginé que ce serait. Immense, complexe et fascinant. Si on me donnait l'autorisation de farfouiller un peu … Je sursautai brutalement en sentant mon sac m'être retirée. Je baissai les yeux de la voûte, surprise que quelqu'un s'attaque à mes affaires de la sorte, mais mon « hé ! » cinglante se perdit devant l'assurance suprême qu'affichait la coupable. Soudainement, je me sentie très petite.

-«Je suis le Capitaine Malgorn. Le colonel a ordonné que l'exploration de la cité se fasse en équipe de quatre avec un membre du personnel scientifique. Vous venez avec nous. » dit-elle en me faisant signe de la suivre, mon sac toujours entre ses mains.

Mes affaires pris en otage par sa confiance, je fut forcée de lui obéir le temps que ses paroles arrivent brutalement à mon cerveau quelque peu déboussolé: l'exploration de la cité. Tout à coup, je la suivit avec un pas bien plus léger et un sourire enfantin collé aux lèvres. Elle pouvait bien le garder mon sac en échange d'une telle promesse ! Elle s'arrêta près d'un entassement varié de sacs, y déposa le mien, et se tourna pour me présenter les deux autres membres de notre folle équipée.

-«Voici le soldat seconde classe Clint ainsi que le sergent Dempsey. Vous êtes..?»

-« Euh, c'est Stone, Professeur Stone. Je suis en quelque sorte spécialiste des civilisations anciennes et, ou, perdues. » Je m'empressai de lui répondre trop excitée pour perdre du temps dans ces banalités.

Les deux hommes hochèrent sèchement la tête comme un seul et je dût retenir un soupir désespéré. Et dire que je vais devoir parcourir cette merveille avec des trigger-happy. Je pris cependant la peine de les examiner alors qu'ils se lançaient tous trois dans l'organisation tactique, où je ne sais quoi. Si jamais quelque chose de dangereux arrivait, il valait mieux, effectivement, que je sachent qui ils étaient et si je pouvais compter sur eux. Clint était le plus petit des deux hommes, avec un physique plus fin, nerveux. Si il dégageait une certaine confiance, c'était presque de l'arrogance et je décidai sur le champ que je n'aimais ni son attitude ni la façon dont il discutait avec sa supérieur. Je le rebaptisai Cussy-Clint. Dempsey, en revanche, était le digne héritier du sergent stéréotype. Carré, musclé et silencieux. Il se contentait acquiescer alors que le Capitaine Malgorn expliquait son plan d'action. Tous deux étaient américains … Trigger-happy, I say !

La capitaine en revanche, attira plus particulièrement mon attention. Plus petite que moi d'une bonne tête, elle compensait largement sa petite taille avec une grande louche d'autorité assaisonnée de confiance. Plus que je n'en serais jamais capable, sûrement. Ses cheveux bruns étaient attachées en une queue de cheval qui dégageait son visage et ses yeux d'un vert … mystérieux. Il fallait l'admettre, elle était assez jolie, voir même … J'avisai tout à coup le drapeau sur son bras gauche et réprimai un grognement de dépit. Great, we have a froggie. Je me giflai mentalement. Il fallait vraiment que j'arrête avec ces préjugés stupides. Nous étions dans un monde ouvert dans un processus de mondialisation et – non, même pas. Nous étions dans la Galaxie Pégasus, à Atlantis. Ici, plus que partout ailleurs, il fallait montrer une solidarité exemplaire. En dépit de nos origines divers, nous étions tous ici, avec le même but et les mêmes envies. Alors même si elle est française, militaire et, la pensée vint accompagné d'un grommellement, plus sexy que toi, tu vas me faire le plaisir d'être sympathique avec elle ma vieille. End of story.  

Le peu d'attention que j'accordais encore au « group huddle » s'en détacha complètement et je m'amusais a observer les allers et venus embrouillés du personnel de l'expédition. Si on pouvait se dépêcher à finir cette discussion stérile et se mettre au vrai boulot … Un couloir à ma droite attirait doucement mon attention avec ses lumières clignotantes et son virage sombre. Je jetai un coup d’œil à mon équipe de terreurs et constata que mon nouveau surnommé, Cussy-Clint, s'opposait fermement à la capitaine. Le soldat américain n'acceptait clairement pas qu'une femme française lui donne des ordres. Je vis Malgorn plisser dangereusement les yeux et je retint une petit sourire amusée. Il n'allait pas tarder à comprendre qu'il n'avait pas ce qu'il fallait pour tenir tête une froggie énervée. Qui avait d'ailleurs l'air d'avoir plus qu'envie de la lui retirer complètement, sa tête. En attendant, je me retournai à nouveau vers le couloir qui lançait son appel inexorablement. Ça ne peut pas faire de mal de prendre un peu d'avance, et puis ça leur laisserait le temps de régler les détails et se mettre enfin d'accord. C'est leur boulot après tout. Moi, j'ai une cité perdue à explorer.

Doucement, je m'éloignai de l'équipe en me mêlant au personnel environnant. Je me glissais entre les caisses et posai pied dans le couloir. Aussitôt une douce lumière éclaira le chemin en même temps que mon sourire insouciant. Je m'enfonçai, le chant de l'exploration résonnant dans mon corps en même temps que les tambours de l'adrénaline.
Over and Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 10:58

Spoiler:
 



Rapport N°2-B


Euh, c'est Stone, Professeur Stone. Je suis en quelque sorte spécialiste des civilisations anciennes et, ou, perdues. » répliqua-t-elle avec empressement.

Je hochais la tête en notant mentalement le nom de la scientifique dans ma tête. Tout ces noms et visages, toutes ces informations et évènements, et ce, en moins de 48h. Ma tête allait exploser..ou alors je n'allais pas tout retenir, ce qui était quand même largement plus probable.

- «Bon. Formation en colonne de base ; Dempsey, moi, Stone et Clint.»

Avisant le Jericho qui dépassait du holster du professeur, je fis une moue satisfaite. Bien, je n'aurais pas à confier mes armes à une bleue sans expérience. Je me fis la remarque que, de toute façon, le pire qu'il aurait pu leur arriver, c'est qu'elle les laisse tomber par terre, vu que je doutais qu'on ait prit le temps de lui expliquer comment retirer le cran de sécurité..
Je pestais contre ces administratifs qui jugeait bon de mettre des armes entre les mains de civil sans entraînement. Ils mettaient en danger , et le reste de l'équipe, et le porteur de l'arme. J'optais pour ne rien lui dire pour la sécurité. Si on est attaqué elle pourra toujours assommer nos adversaire avec la crosse, et encore, si on leur laissait le temps d'arriver jusqu'à elle.

- «En cas d'attaque, la sécurité du professeur est notre priorité. Clint, je veux que vous gardiez les deux yeux sur elle.

- Je ne me suis pas porté volontaire pour faire du baby-sitting. Et le sergent ne devrait pas être en première ligne.»

Je plissais les yeux. Et ça commençait ! C'est marrant, j'aurais pensé qu'on contredirait mes ordres plus tôt que ça. Comme quoi, j'ai été mauvaise langue, il a gentiment attendu vingt minute de plus que mon estimation.

- «Justement si. C'est une mission d'exploration civile, donc de protection de civile, donc de 'baby-sitting' comme vous le dites si bien. Et le sergent passe en premier parce que c'est un habitué des missions de reconnaissances, contrairement à vous soldat. Et je vous rappelle que je suis votre Capitaine, quand vous vous adressez à moi, vous vous rapportez à mon rang. »

Le troufion étala un sourire méchamment ironique sur sa bouche.

- «Vous ? Mon Capitaine ? Une petite bouffeuse de grenouille à peine sortie de l'école des officiers ? Si on me..»

Prise d'une rage froide, je le choppais par le col et le forçait à se baisser pour me faire fasse. Il me défia du regard.

- «Écoute moi bien espèce de trou du cul, cette expédition, est une expédition internationale. Elle n'est pas exclusive à l'armée américaine. Alors oui, enculé, tu serais sous les ordres d'une bouffeuse de grenouille, et peu être même après, d'un 'nazi' ou que sais-je quels autres petits surnoms affectueux les bouffons dans ton genre donnent aux non-amerloc'.
Si ça te pose un problème, je te propose d'aller en référer en colonel, et vous pourrez parler de ton insubordination tranquillement autour d'une tasse de café.
Je te préviens, continue à me montrer autant de respect qu'à tes putes qui t'attendent sur terre et je m'arrangerai pour que tu passe le reste de l'expédition à récurer des chiottes anciennes.
»

Il me fit le regard légendaire du macho qui vient de se faire rabrouer par une fille et qui ne sais plus où il en est. Il sembla faire le pour et le contre. Je serrais un peu plus fort et criais presque :

- «Est-ce que c'est bien clair ?!»

Quelques personnes se tournèrent dans notre direction, visiblement intriguées.

- «Oui...Capitaine.»

Il cracha ce dernier mot comme une insulte mais je m'en contenterais. Dans tous les cas, le colonel en sera avertit. Si je commençais à me faire marcher sur les pieds sans rien faire à peine arrivée, les choses ne changeraient pas.
Je poussais un soupir agacé pour refréner ma colère et lâchais brutalement ce crétin. Tournant la tête, je remarquais que Mlle Stone avait profité de mon altercation pour se faire la belle. Je la repérais au bout du couloir, visiblement peu désireuse de nous attendre.
Cet idiot de Clint avait raison sur un point, baby-sitter les scientifiques, ça allait vraiment être pénible.
D'un mouvement de la main, j'indiquais à mes gars de se mettre en position, puis je m'engageais à la suite de la petite bleue.
Arrivée à sa hauteur, je posais une main sur son épaule pour qu'elle s'arrête. Elle se retourna, les yeux pétillants d’excitation. Sans animosité, mais encore agacée par la réaction de Clint, je lui fis remarquer :

- «Vous savez Dr Stone, à partir de maintenant vous êtes sous notre responsabilité. S'il vous arrivait quelque chose parce que vous passez votre temps à vous soustraire à notre attention..bah ça vous serait sans doute égal parce que dans la grande majorité des scénarios possible vous seriez morte. Alors, faites moi plaisir, montrez un peu plus de jugeote que des élèves de maternelle en sortie piscine, et restez en formation.»

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Ilae Stone

avatar

Date de naissance : 19/09/1979
Féminin Fonction : Scientifique
Localisation : Atlantis
Messages : 22

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 10:59

Entry 3. Cont.


J'avançais d'un pas excité, sans me soucier plus que cela des cris que je percevais derrière moi. Les lumières faisant office de chemin, je percevais maintenant une porte au tournant du virage. Je pressai le pas pour l'atteindre quand je sentis une main ferme s'abattre sur mon épaule, me faisant sursauter. Je me retournai pour découvrir la Capitaine Malgorn, suivie de ses deux acolytes. Je ne leur accordai que peu d'attention ; j'avais trouvé une porte ! La voix de la capitaine me ramena à elle.

-«Vous savez Dr Stone, à partir de maintenant vous êtes sous notre responsabilité. S'il vous arrivait quelque chose parce que vous passez votre temps à vous soustraire à notre attention..bah ça vous serait sans doute égal parce que dans la grande majorité des scénarios possible vous seriez morte. Alors, faites moi plaisir, montrez un peu plus de jugeote que des élèves de maternelle en sortie piscine, et restez en formation.»

Légèrement dégrisée par son ton agacé ainsi que ses paroles, j'affichai une mine penaude de circonstance.

-« Vraiment désolée Capitaine. Vous aviez l'air d'avoir des … soucis », je lançais un coup d’œil furtif à Cussy-Clint et découvrit son visage fermé, « et je voulais commencer l'exploration. Je me suis dit que je ne risquait rien et que vous me rattraperiez ... »

Ma voix s'éteignit devant l'expression de Malgorn. C'était difficile d'afficher plus clairement qu'elle me pensait irresponsable et à quel point j'avais agis avec stupidité. Ok, pas de découverte en solo, dangereux, c'est nôté. Je m'empressai donc de lui dévoiler le fruit de mon avancée, moins discrète que je ne le pensais, afin de me racheter.

-« Euh, J'ai trouvé une porte ? »

Elle me fixa encore quelques secondes avant de m'indiquer de prendre a place dans l'équipe. Gênée, je me mis docilement aux côtés de Cussy-Clint qui eut un demi-sourire amusé. Quand c'est les autres, ça te gêne pas hein, bastard. Je ne pût m'empêcher de penser que, sans la dispute avec Clint, elle aurait réagi un tantinet moins âprement et mon appréciation du soldat baissa encore d'un cran. Je me tournai vers l'avant, en faisant la grimace d'être à côté de cet imbécile, alors que la Capitaine nous indiquai d'avancer en formation. Aller, tu vas pas laisser un sous-développé comme lui te gâcher l'expédition ! Je me forçai donc à oublier l'idiot à côté de moi et me concentrai sur l'objectif : la porte.

Malgorn se plaça du côté droit de celle-ci, Dempsey à gauche avec nous juste derrière. Au compte de trois, Dempsey l'ouvrit et Malgorn se précipitai à l'intérieur, arme au poing. Une pensée glacée me rappela que, moi aussi, je portais une arme à feu mais je la laissai sagement dans son holster. J'avais deux gardes du corps et demi avec moi. En cas de soucis, j'étais consciente que je serais une gêne plus qu'autre chose. J'attendis, le cœur battant, que la Capitaine donne le feu vert. A mon grand soulagement, elle arriva assez rapidement et je put enfin passer cette porte à mon tour, quelque peu plus prudente qu'auparavant.

Un fois dépassé le seuil, je m'immobilisai, ignorant superbement le soldat insatisfait derrière moi. Waouh ...un laboratoire. La pièce était doucement illuminée et remplie de consoles aux nombreux boutons exotiques. Je m'approchai de la plus proche, d'une manière presque révérencieuse, et l'effleurai. Elle s'illumina à mon toucher et je me sentie à nouveau gagner par l'excitation de la découverte. Avec un sourire immense je me mis à pianoter sur les différents symboles et cunéiformes, faisant apparaître divers écrans et fonctions. Le reste de l'équipe complètement oubliée, je me plongeais dans mes découvertes, sautant d'un poste à l'autre en essayant de comprendre et de nommer ce que je voyais. Fascinating. It's so … amazing !



Over and Out


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 11:00



Rapport N°2-C

La scientifique pinça les lèvres d'un air penaud.

Vraiment désolée Capitaine. Vous aviez l'air d'avoir des … soucis et je voulais commencer l'exploration. Je me suis dit que je ne risquait rien et que vous me rattraperiez ...»

Je haussais un sourcil. Si tous nos scientifiques avaient le même instinct de préservation que cette petite bleue, l'expédition risquait de tourner court..
Elle se retourna, visiblement mise mal à l'aise à cause de mon silence, pour me désigner quelque chose.

Euh, j'ai trouvé une porte ? »

Je me retins de lever les yeux au ciel et lui fis signe de se mettre en formation. Elle n'ajouta rien et vint se poster devant Clint.
J'examinais un instant la porte et avisais une sorte de boîtier à sa gauche. Je fis signe aux autres de se placer à gauche de la porte et vins me positionner en face d'eux. Je comptais jusqu'à trois, et au signal, Dempsey passa sa main devant le boîtier. La porte s'ouvrit dans un chuintement. Je m'engageai souplement à l'intérieur. J'éclairais rapidement tous les recoins de la pièce et annonçais aux autres que c'était dégagé.
A peine mes gars et Stone avaient-ils franchit le seul que les lumière s'allumaient d'elles même.
Je lançais un regard circulaire autour de moi, prenant cette fois le temps de détailler les éléments de la pièce.
Ce devait être une sorte de labo, ou de salle de contrôle. Stone s'approcha d'une des consoles, laissant ses doigts caresser sa surface polie. Celle-ci s'illumina immédiatement. Je retins un sursaut en maudissant intérieurement le fait que je sois aussi facile à surprendre. Concentration.
Je notais mentalement, avec un pincement de jalousie, que ma petite bleue devait avoir le gène.
Ce que était sûr, c'est qu'à peine la console en marche, nous n'existions plus pour elle. Des lignes de textes et de codes désincarnés apparurent sur l'écran translucide qui nous faisait face.
Je remarquais alors une autre porte au fond de la salle.

- «Clint, vous restez avec Stone. Dempsey, avec moi.»

Je ne pris même pas la peine de retenir mon sourire satisfait en voyant le regard noir qu'il me lança. ''T'as cherché des poux à la mauvaise personne mon gars.''
M'approchant du boîtier de commandes, j'empoignais mon P90 et attendis que le sergent se mette en position.
D'un mouvement fluide, je passais ma main devant et la porte s'ouvrit sur une salle circulaire.
S'éclairant au fur et à mesure que l'on progressais, je constatais qu'elle était moins grande que ce que j'avais estimé au premier abord. Une trentaine de mètre carré tout au plus. En son centre reposait une sorte de siège ancien.
Me remémorant le dossier, ainsi que du passage parlant du siège de contrôle en Antarctique, mon ventre se mit à faire des cabrioles. J'activai ma radio.

- «Dr Weir ! Vous devez venir voir ça !

- Il y a beaucoup de choses que je dois voir. Soyez prudents. »répliqua-t-elle, sur un ton amusé et où l'on sentait brûler son émerveillement.

Contenant du mieux que je pouvais mon excitation, je fis signe à Dempsey de me suivre.
Ayant rejoins les deux autres, je constatais que Stone était toujours plongée dans sa console. Sans plus de manière, je claquais ma main sur la console, suffisamment fort pour la sortir de son espèce de transe.

- «Croyez-moi Stone, je n'ai qu'une envie, rester ici pour démonter tout ce qui traîne pour comprendre comment ça marche, mais pour le moment on explore. Si vous y tenez vraiment, je ferais une requête auprès de mes supérieurs pour que vous puissiez travailler ici.»

Elle me répondit quelque chose mais sa réponse se perdit dans les grésillements incessant que produisait mon oreillette. Visiblement, les autres équipes commençaient elles aussi à faire des découvertes intéressantes !
Je fis signe à mon équipe de se remettre en position et nous repartîmes en direction du couloir.
On entendait à présent un bourdonnement continu dans les parois. La cité se réveillait.
Au détour d'un couloir, Dempsey repéra ce qui semblait être une fenêtre. Je laissais Stone me passer devant et me penchais sur le côté pour voir à travers.
Ma mâchoire se décrocha, et mes yeux s'ouvrirent en grand. Bon sang de bon dieu de...

- «L'Atlantide s'enfonça sous les mers, et disparut..»

On était sous l'eau. La cité était sous l'eau..depuis plusieurs milliers d'années. Et elle s'étendait là, intact, sous mes yeux. Des tours et plates formes s'étendaient presque à perte de vue. A quel point la cité était-elle immense ?!
Mes gars avaient l'air aussi ébahis que moi.
Une idée dérangeante s’immisça alors au creux de mon crâne remplit d'étoile. Comment se faisait-il que la cité ne sois pas engloutie ? Je fronçais les sourcils. Bah.
J'allais faire signe à mon équipe de repartir lorsque mon oreillette grésilla. La voix de Weir retentit dans mon oreille.

- «A toutes les équipes d'explorations de la cité. Revenez immédiatement à la porte.»

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Ilae Stone

avatar

Date de naissance : 19/09/1979
Féminin Fonction : Scientifique
Localisation : Atlantis
Messages : 22

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 11:04

Entry 4


Au fur et à mesure que j'ouvrais les fichiers, il m'apparut clairement que nous étions dans un sorte de centre contrôle. Excitée par cette perspective, j'essayai de trouver les fonctions concernant la cité. Deux effleurements plus tard, je trouvais mon objectif et l'activai avec un sourire satisfait. J'allais pouvoir tout savoir. Fichier bloqué. What ? Comment ça, fichier bloqué ? Mon sourire se transformant en grimace, je tentai de contourner la barrière. Sans résultat. Wait a minute, qui dit ordinateur, dit fichier systèmes. Si je tente d'aller là … Triomphante, j'accédai au cœur de la console. Aaaah, centre de contrôle auxiliaire. Pas étonnant que je n'accède pas à la cité entière d'ici, il me faudrait le poste de contrôle principale. Je haussai les épaules. Je pouvais déjà en apprendre beaucoup ici, le reste pouvait attendre.

J'entendis vaguement la capitaine ordonner à Clint de rester avec moi tandis qu'elle s'en allait … quelque part. Je tirai la grimace et, en tournant légèrement la tête, j’aperçus l'air furibond de mon « protecteur ». Je retournai à ma console avec un frisson de dégoût. Eurgh, pourquoi est-ce qu'il faut que je me le coltine, lui ? Je me plongeais à nouveau dans la console, tout en essayant d'oublier sa présence dans mon dos.

Tour à tour je fis apparaître divers diagrammes, fonctions et instructions dont je ne comprenait que la moitié. Soudainement, je fis apparaître un plan holographique de la cité. Waaaah, elle est immense ! L'esprit surchargée de toutes mes découvertes, je tentai de nous localiser dans ses méandres, mais sans point de repère, j’abandonnai rapidement. Il y avait cependant un détail qui me turlupinait. Tous les contrôles qui me tombaient sous la main montrait une énergie latente, auquel je ne parvenais pas à accéder. Elle était comme verrouillée. Pourtant, je ne trouvait rien qui indiquai son utilisation, du moins pas dans cette console. Et pourquoi est-ce que je ne voyais aucun signe d'activité récente ? Certes, j'avais manifestement le gêne ATA mais si nous étions dans un poste de contrôle, il y aurait dû y avoir des … des … contrôleurs ! Depuis quand des postes d'une telle importance étaient laissés à l'abandon ? De plus, mon oreillette silencieuse me disait clairement que les autres ne rencontraient aucune résistance non plus … Je me demandai d'ailleurs ce que les autres équipes avaient découvert … Shit ! Il faut que je prévienne le Dr. McKay que j'ai trouvé ce poste.

D'un geste j'appuyai sur mon oreillette pour l'activer.

-« Dr Mckay, ici le Professeur Stone. Il semblerait que je sois tombée sur un poste de contrôle auxiliaire … abandonné. Ces consoles n'ont pas été utilisés depuis très, très longtemps. »

-« Un poste de contrôle auxiliaire ? Je suis déjà dans le poste de contrôle principale Professeur. Et nous avons déjà trouvé un hologramme relatant le départ des anciens il y plus de dix milles ans, je pense que ce n'est donc pas surprenant que votre poste soit abandonné. A moins que vous ayez besoin que je vous tienne la main, je pense que vous pouvez vous débrouiller sans moi ? »

La révélation fût teintée de tristesse. Ainsi la cité d'Atlantis était abandonnée et ce, depuis des milliers d'années. Néanmoins, je fulminai. Nan, mais il se prenait pour qui lui ? J'en avais marre qu'on me prenne pour la gamine idiote qui ne savait rien. Et puis, comment je pouvais être au courant, si on ne me prévenait pas, d'abord ? I'll show him.

Yes Sir, je comprends. Mais il y a quand même quelque chose d'étrange. Les rapports ici indiquent une quantité phénoménale d'énergie latente qui semble entièrement dirigée vers une tache spécifique mais je ne parviens pas à y avoir accès. Peut être pourriez vous essayer à partir de votre poste ? »

Je ressentait une certaine fierté d'avoir réussi à garder une voix neutre et polie, fierté qui fût décuplé en entendant le silence du Doctor à l'autre bout de la communication. Il répondit après quelques secondes de réflexion.

-« Nous avons trouvé un champ de force autour de la cité, c'est sans doute là que part votre énergie mais … et si l'énergie ... Je m'en occupe Professeur Stone. Continuez à explorer et tenez moi au courant des découvertes signifiantes. »

Je hochais la tête avant de me souvenir qu'il ne pouvait pas me voir.

-« Bien Sir. »

Je coupai la communication d'une deuxième pression et me relaxai. Il allait vraiment pas être commode de travailler avec McKay si il continuait sur sa lancée de ... déasgréablitude. Peut être que c'était juste les stress. J’eus un sourire amusée. J'avais quelques ... talents à déstresser les personnes qui m'intéressaient. Après tout, clever si the new sexy.

Je secouai ma tête. Ma vieille, je vais commencer à croire que tu es nymphomane. Concentrate on your job. Je me remis à pianoter sur la console, essayant de trouver quelques information sur le fonctionnement de la cité. Ainsi un champ de force entourait l'entourait complètement. L'énergie à fournir devait être colossale, surtout depuis plus de dix milles ans. La question qui se posait c'est pourquoi ce champ de force ? De quoi elle nous protégeai ? Et … Ma pensée suivante me glaça : si on se mettait à utiliser l'énergie alors, l'énergie du champ de force – Je sursautai brutalement au son de la voix du Capitaine et du claquement que sa main produisit sur ma console. For Christ's sake, il va falloir qu'elle abandonne cette habitude ! Ca fait déjà 3 fois en moins d'une heure qu'elle me fait le coup!

-«Croyez-moi Stone, je n'ai qu'une envie, rester ici pour démonter tout ce qui traîne pour comprendre comment ça marche, mais pour le moment on explore. Si vous y tenez vraiment, je ferais une requête auprès de mes supérieurs pour que vous puissiez travailler ici.»

J'ouvris de grands yeux stupéfaits en la regardant. Nan mais oh ! Je suis assez grande pour faire mes requêtes toute seule d'abord, merci beaucoup ! Je décidai de gentiment l'informer de ce que je pensais.

-« Vous savez, Capitaine, à force de me faire sursauter, vous allez avoir une mort sur la conscience. Et puis mes recherches sont de la plus haute importance, voyez-vous un champ de force ... »

J'arrêtai de parler et soupirai. Visiblement, elle ne m'entendait pas.

-« Très bien, je vous suis Capitaine. »

Elle nous fit signe de reprendre la formation initiale et je dû retenir un nouveau soupir en me retrouvant aux côtés de Cussy-Clint. Un jour, si j'en ai l'occasion, je le lui ferait payer à Malgorn. Nous sortîmes de la pièce en reprenant notre avancée dans le couloir. Quelques mètres plus loin, Dempsey s'arrêta, imité par la Capitaine. Je les dépassai, avide de cette interruption pour m'éloigner de mon garde du corps récalcitrant, donc les raclements et grincements de dents agacées commençaient, justement, à m'agacer. Bizarrement, le côté droit de ce couloir ne s'allumait pas … Je tournai la tête pour trouver la raison de cette bizarrerie. Une vitre. Je sifflais doucement. Alors c'est ça la cité perdue d'Atlantis …

Sous nos pieds, s'étalaient de fines tours métalliques entrelacées. C'était totalement improbable et l'architecture me paraissait irréalisable avec les matériaux que l'on trouvai sur terre. Tellement d'avance, tellement de richesse … Je levais les yeux pour apercevoir les nouvelles étoiles qu'apporterait cette galaxie. Curieusement, ma vue semblait trouble … Je clignai des yeux avant de me rendre compte que ce n'était pas ma vision mais le ciel lui-même. De l'eau … Atlantis est réellement submergée ! A vue de nez, nous étions au moins à deux cents, voir trois cents, mètres sous l'eau. Alors c'est de ça que le champ de force protège la cité ? L'océan ? L'énormité de cette révélation me coupa le souffle. Les Atlantes avait réussi à préserver leur cité pendant plus de dix milles ans contre un force naturelle et inexorable ? C'était un coup de maître incroyable, inégalée dans tout ce que j'avais vu.

Ma pensée, interrompue par la Capitaine et sa main un peu plus tôt, revint au galop. Et si le champ de force disparaît ? Et si l'énergie qu'on utilise vide les ressources énergétiques utilisés pour le champ de force ? Je me rassurai rapidement. Non, si il y a un risque de ce genre, le Dr. Mckay, étant à la console principale, l'aurait déjà repéré pour maintenant. Nous aurions été prévenus. Tout va bi –

-«A toutes les équipes d'explorations de la cité. Revenez immédiatement à la porte.»

Je fermais les yeux doucement et expirai un souffle contrôlé. C'est peut être pas ce que tu penses. Calme toi. Quand j'ouvris les yeux, j'aperçus le regard inquiet de Capitaine Malgorn alors qu'elle nous indiquai de reprendre la formation. Cette fois-ci, je me plaçais aux côtés de Clint sans me plaindre et suivit les sergent et Capitaine avec un contrôle zélée. Il s'agissait de ne pas paniquer, après tout, une équipe était peut être simplement tombée sur un ennemi. Ma nouvelle peur fit que je posai ma main sur mon arme et l'enlevait du holster. Son poids accentua mon tremblement mais je raffermi ma poigne. Si il fallait se battre …

A mon demi-soulagement, nous atteignîmes le Stargate sans encombre. Malgré la menace que je sentais peser dans mon esprit, j'eus un mince sourire au Capitaine Malgorn en rangeant mon arme.

-« Merci pour tout Capitaine, je – »

-« Professeur Stone, Capitaine Malgorn ! Venez je vous prie ! »

C'est une manie de m'interrompre aujourd'hui hein ? Je réprimai une grimace agacée et, me souvenant de mon inquiétude, me dépêchai de monter l'escalier menant au balcon, la Capitaine Malgorn sur mes talons. Maintenant que j'y pense, je ne sais pas trop ce que j'aurais pût lui dire à Malgorn: merci pour Clint et les trois arrêts cardiaques ? Je secouai la tête, j'étais injuste. La Capitaine avait fait de son mieux avec une scientifique qui ne l'écoutait pas et un soldat insupportable. Au lieu de la remercier, je devrais plutôt m'excuser.

Arrivée en haut de l'escalier, je trouvai le Dr Weir, le Dr McKay le Colonel Sumner ainsi que le Major Sheppard et un scientifique que je ne connaissait pas. Tous faisait grise mine et la tension était palpable. Je me tournai, hésitante vers le Dr Weir, la Capitaine à mes côtés.

-« Dr Weir, vous nous avez appelées ? »

-« Oui, Pr. Stone » elle répondit d'une voix calme mais je sentais la tension vibrer. « Le Dr Mckay vient de découvrir que l'énergie utilisé pour l'activation du champ de force à atteint un état critique. »

Je me retins de fermer les yeux à nouveau. Alors j'avais raison, l'énergie allait bien poser un problème. Le Dr McKay prit le relais.

-« Deux des trois ZPM qui le maintiennent sont déjà vides et le troisième l'est presque. Déjà deux endroits de la cité, » dit-il, en indiquant les endroits sur une carte « ont été engloutis là où la barrière à lâché. Si elle tient plus longtemps ici, c'est seulement – »

-« - Grâce à la présence du Stargate. Quand la barrière lâchera complètement, la cité entière sera engloutie. »

Je complétai sa phrase avec un frisson. Ça ne s'annonçait pas bon du tout. Le Dr Weir reprit le relais en me transperçant de ses yeux.

-« C'est exact Professeur. C'est pour quoi nous avons décidé d'envoyer une expédition d'urgence sur une autre planète de la galaxie Pégasus pour essayer de localiser un nouveau ZPM. En attendant Professeur, je veux que vous utilisiez votre gêne et vos connaissances en travaillant avec le Dr McKay pour essayer de retarder, voir d'éviter, un scénario catastrophe. Nous comptons sur vous. »

J'hochai la tête, mon visage déterminée. Il s'agissait de sauver la cité et tous ces occupants. Je devais réussir. Le Colonel Sumner s'avança à son tour et s'adressa au Capitaine Malgorn.

-«Capitaine Malgorn, j'ai décidé que vous alliez faire partie de l'expédition afin de localiser le ZPM. Il s'agit ici non seulement de sauver nos vies mais aussi la cité tout entière, j'espère que vous comprenez l'importance de votre mission. »

Over and Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 11:05



Rapport N°2-D

Je me mordis violemment la lèvre inférieure. Vu le ton qu'avait prit Weir, ça sentait les emmerdes. Et pas qu'un peu.
Essayant de dissimuler au mieux mon inquiétude, je fis signe à mon équipe de se remettre en formation, et nous repartîmes sur nos pas.

La salle d'embarquement était noire de monde. Toute l'expédition, ou presque, devait à présent s'y trouver. «Au moins nos hommes sont prompt à réagir..»me consolais-je.
Je me détendis légèrement alors que je faisais signe à mes gars de quitter la formation. Clint s'en alla sans demander son reste et Dempsey eu la gentillesse de m'adresser un bref mouvement de tête avant de le suivre.
Cherchant du regard un de mes supérieurs, afin d'en apprendre plus sur la situation, j'avisais ma petite bleue qui s'approchait doucement de moi.
Elle m'adressa un petit sourire en remettant son arme dans son holster.

Merci pour tout Capitaine, je – »

Professeur Stone, Capitaine Malgorn ! Venez je vous prie !» la coupa le Dr Weir.

Posant ma main sur mon P90, je fis amicalement signe au professeur de passer devant moi. Je me sentais un peu coupable de m'être montrée aussi froide avec elle, visiblement, c'était une femme adorable. Mais j'avais toujours eu du mal avec les gens, sans compter ce connard de Clint qui n'avait rien arrangé à mes compétences de socialisation.
Je me promis intérieurement d'essayer d'être moins abrupt avec elle à l'avenir.
Je montais souplement les marches sur la talons de la scientifique afin de rejoindre la Dr Weir. Cette dernière était en pleine discution avec le Colonel, le Major et deux scientifiques, dont un que j'identifiais comme étant le chef du département. Son petit surnom retentit dans mes oreilles ''MacCain.. Punaise ce que je donnerais pas pour une barquette de frites..j'ai tellement la dalle..''
Leur mine sérieuse me fit redescendre tout de suite aux vraies priorités.

Dr Weir, vous nous avez appelées ?»

Je ne pus m'empêcher de penser que ma petite bleue correspondait plus ou moins à l'idée que j'avais de «L'Anglais».

Oui, Pr. Stone. Le Dr Mckay vient de découvrir que l'énergie utilisé pour l'activation du champ de force à atteint un état critique.»

Champ de force ? État critique ?

Deux des trois ZPM qui le maintiennent sont déjà vides et le troisième l'est presque. Déjà deux endroits de la cité ont été engloutis là où la barrière à lâché. Si elle tient plus longtemps ici, c'est seulement –»

Grâce à la présence du Stargate. Quand la barrière lâchera complètement, la cité entière sera engloutie. »

Ah. Aaaaah..C'était donc ça. La cité s'était maintenue immergée pendant toutes ces années grâce à un bouclier. Notre arrivée ayant provoqué le réveil de la cité, les réserves d'énergies avaient dû s'épuiser vitesse grand V.

C'est exact Professeur. C'est pour quoi nous avons décidé d'envoyer une expédition d'urgence sur une autre planète de la galaxie Pégasus pour essayer de localiser un nouveau ZPM. En attendant Professeur, je veux que vous utilisiez votre gêne et vos connaissances en travaillant avec le Dr McKay pour essayer de retarder, voir d'éviter, un scénario catastrophe. Nous comptons sur vous.»

Stone hocha la tête d'un air décidé. Je m'autorisais un petit sourire un coin. Adieu ma petite bleue bégayante et hésitante, bonjour à la Professeur compétente et sûre d'elle. A chacun son élément ma foi.
Je tournais la tête vers le colonel lorsque celui-ci s'adressa à moi.

Capitaine Malgorn, j'ai décidé que vous alliez faire partie de l'expédition de localisation du ZPM. Il s'agit ici non seulement de sauver nos vies mais aussi la cité tout entière, j'espère que vous comprenez l'importance de votre mission.»

Évidemment que je la comprenais. J'étais pas une idiote finie, merci. Je me redressais et saluais mon supérieur.

- «Oui, colonel.»

Il hocha la tête, satisfait, et tourna les talons en m'indiquant que l'on partait sur le champ. Une question me trottait néanmoins dans la tête. Pourquoi moi ? Ok, j'avais eu le piston pour le coup de l'équipe d'éclaireurs, mais là ?
Je secouais la tête. ''Tu te pose trop de questions ma vieille. Peut être que tu as simplement attiré son attention et qu'il veut te voir en action.'' En repensant à mon éclat contre Clint un peu plus tôt, j'en conclus que c'était sans doute ça. Et puis, eh, j'allais pas me plaindre de faire partis de ceux qui avaient le droit à l'action !
J'adressais un salut respectueux au Dr Weir et à MaCCain puis me tournais brièvement vers ma petite bleue.

- «Faisons de notre mieux Stone !»

Elle se redressa en prenant une grande bouffée d'air, comme pour confirmer mes dires.
Puis je descendis à la suite du colonel, le Major oreilles-d'elfes sur les talons. Les autres membres de l'équipe nous attendaient déjà. Je reconnus quelques uns des soldats ayant fait partis de la mission d'éclaireur, dont un certain Lieutenant Ford.
Le colonel récapitula brièvement la situation, ainsi que la mission à tout le monde, puis il donna l'ordre d'activer la porte.
L'importance de la mission me retomba dessus comme une chape de plomb. On n'avait pas le droit à l'erreur..

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Ilae Stone

avatar

Date de naissance : 19/09/1979
Féminin Fonction : Scientifique
Localisation : Atlantis
Messages : 22

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 11:06

Entry 5



Je me mit à réfléchir furieusement alors que le Colonel Sumners donnait ses ordres à Malgorn. Deux ZPM vides, un troisième sur le bord de l'être et un océan entier à maintenir à distance. Questions : combien de temps nous restait-il, combien d'énergie avions nous à notre disposition, quel quantité d'énergie à fournir … Mes interrogations étaient nombreuses mais une pensée m'empêchait de me concentrer. Et si nous échouions ? Est-ce que notre arrivée allait déclencher une catastrophe dont les Anciens avait protégé leur cité depuis des milliers d'années ? Et si on gâchait tout, toute ces merveilles, tout ce savoir … Shut up and concentrate on the objective. Il fallait à tout prix qu'on réussisse, peu importe les risques, on ne pouvait pas tout gâcher maintenant ! Je levai la tête alors que la Capitaine saluai son Colonel.

«Oui, colonel.»

Sumners hocha la tête et commença à descendre l'escalier pour rejoindre ses hommes. J'allai me diriger vers le Dr.McKay quand Malgorn se tourna vers moi, clairement tendue. Je perçu néanmoins une lueur … d'enthousiasme ?

«Faisons de notre mieux Stone !»

J'ouvris grand les yeux et me redressai pour lui répondre mais elle disparût à la suite de son colonel, Major Sheppard sur ses talons, avant que je ne puisse dire un mot. Je souris. Elle n'était peut être pas si froide que ça Malgorn, ni si sûre d'elle. Je  repensais avec gêne à mon comportement un peu plus tôt. Il faut vraiment que je m'excuse, elle doit me prendre pour une gamine gâtée. Je me postai aux côtés de Weir et McKay alors que l'astrophysicien enclenchait la Stargate nerveusement. La porte s'activa d'une gerbe d'eau qui me fît sursauter nerveusement. A ma gauche le scientifique inconnu s'équipa d'un scanner. Alors qu'il se tournait j'aperçus le Union Jack sur son épaule et eut un mince sourire. Bien, je ne suis pas la seule perdue ici! Il commença la lecture de ce que je supposai être du monde à laquelle nous étions maintenant en connexion. L'anglais confirma rapidement ma supposition.

« L'atmosphère est viable et je ne perçois aucun signe de vie dans les environs immédiat. En revanche il fait nuit noir. »

Je retournai anxieusement mon attention vers la Stargate et repérait Malgorn qui s’équipait. Le colonel fît un bref récapitulatif de la mission et ils commencèrent à traverser le portail. Je retins mon souffle alors que la seule personne, plus ou moins amicale, que je connaissais disparaissait au travers. Si elle revient – Non, quand elle reviendra, je lui paye un verre. M'en fous qu'on soit sur rations militaires, c'est l'intention qui compte. Le portail se ferma brutalement et je relâchai mon souffle. Elle faisait sa mission, à moi de faire la mienne. Faisons de notre mieux !

Je me tournai vers le Dr.McKay qui s'affairait déjà sur son ordinateur personnel. Je remarquai qu'il passait par l'autre scientifique pour activer les consoles. Ah, pas de gêne. Ça doit pas être facile à supporter pour lui ça ... Il levai brièvement la tête pour saluer ma présence avant de replonger dans son ordinateur.

«  Ah, Stone. Vous avez le gêne et vous avez déjà une expérience avec les postes de consoles de la cité. »

Euh, expérience c'est peut être un peu tôt pour parler d'expérience … Non ? McKay continua, incapable de lire mes pensées.

«  Je veux que vous utilisiez cette expérience pour vous connecter aux postes d'énergie au fond. Coupez toute alimentation superflue que vous pourrez trouver et redirigez cette énergie vers la barrière. Si vous parvenez à découvrir d'autres sources, ajoutez-les. Pour le moment il s'agit de faire tenir cette barrière le plus longtemps possible. »

« Yes Sir. »

Je tournai talons et me dirigeai vers la console indiquée. Rapidement je parvint à entrer dans le système. Malgré la menace je ne pût m'empêcher de m'émerveiller face à cette technologie nouvelle. C'est tellement … intuitif. Facile. Obligée de déchiffrer au fur et à mesure, ma progression fût lente au début mais je parvins néanmoins à atteindre  les objectifs indiquées. Un silence pesant, stressé pesait dans la salle où restaient moi, le Dr McKay, le scientifique inconnu et deux autres blue jackets qui étaient arrivés peu après les départ des soldats. Weir s'était retirée dans l'endroit qu'elle avait élu comme bureau. Nous travaillions tous frénétiquement, chacun retiré dans sa tâche en essayant de dépenser le moins d'énergie possible. J'avais une conscience aiguë du danger qui planait et mes mains tremblaient légèrement sous la pression.

Alors que je partais à la recherche d'autres sources énergétiques, le scientifique énigmatique brisa la règle tacite du silence et prononça une phrase qui me glaça.

« Nous venons de perdre une autre partie de la cité, à l'ouest. La barrière s'est effondré. »

J'arrêtai mon pianotage et posai mes yeux sur le dos de McKay qui continuait, imperturbable. Prenant mon courage à deux mains, je posai la question qui me torturait le plus.

« Dr. McKay ? Combien de temps nous reste-il avant que la barrière ne s'effondre ? »

Il ne leva pas la tête et continua à travailler. Au moment ou je pensais qu'il ne me répondrait pas, sa voix résonna, tendue.

«  C'est difficile à dire, quelques heures, quelques jours peut être si on parvient à économiser notre dépense d'énergie. »

Je m'immobilisai, choquée. So little time … Je posai ma deuxième question sans même me rendre compte.

« Et nos générateurs ? On ne peut pas les raccorder ? »

« On y travaille mais quelque soit la manière dont on le regarde pour l'instant, l'équation en fonctionne pas. Nous ne parvenons pas à créer assez de puissance pour maintenir l'océan loin de la cité. »

Je déglutis nerveusement.

«  Quel solution nous reste-il ? »

Cette fois, le Dr. McKay interrompit son travail et leva le tête, sans que je puisse voir son visage.

«  Continue de travailler et on verra bien. »

Légèrement intimidée, je me retournai vers ma console. Intérieurement, j'essayai de plaisanter pour me détendre. Ok, à lui aussi je lui paierai un verre si on s'en sort, il a besoin de déstresser un peu le Doctor. Et puis si on s'en sort, ce sera grâce à lui de toute façon donc ….Ragaillardie par ma décision, je regardais défiler les diagrammes sur ma consoles. Ils suffirent à entamer mon enthousiasme. Négatif, négatif, pas assez, vide … Rien, il n'y a rien à Atlantis pour nous sauver … Je fixai les résultats d'un œil glacée. C'est quand même incroyable que la cité des Anciens ne puisse rien contre sa propre destruction imminente. Néanmoins je devais avertir qui de droit. Lentement, je me redressai et marchai vers Mc.Kay. Je m'arrêtai à ses côtés et penchai la tête.

« Je pense que vous devriez voir ceci Doctor. »

Il hocha la tête avant de détacher ses yeux, presque douloureusement, de son écran et de me suivre à ma console. Alors qu'il commençai la lecture des fiches que je faisais apparaître au fur et à mesure, son visage se figeai de plus en plus dans une grimace. Le bilan était catastrophique. Il se redressa lentement, fixa mon écran encore quelque temps avant de se tourner vers le bureau du Dr.Weir. Je me mordis la lèvre, en me demandant ce que je devais faire, quand il leva la main.

« Suivez-moi Stone, allons l'annoncer à Weir. »

Je m'empressai de lui emboîter silencieusement le pas vers le bureau du chef de l'expédition. Je ne pût m'empêcher de remarquer la raideur de la démarche de McKay et de l'admirer en quelque sorte. Il est terrifié et pourtant il fait son boulot et il le fait bien. Même si, en fait, rien ne va bien. Ça ne pourrait pas être pire. Je fermai doucement les yeux, inspira un grand coup et me redressai fermement. Duty and Honor in death huh ?

Nous traversâmes une passerelle et entrâmes dans le bureau de notre commandant. En nous voyant arriver, elle se leva et afficha un sourire.  

«  Dites moi de bonnes nouvelles Rodney. »

Je me retins de justesse de regarder mon supérieur en gloussant nerveusement. Rodney … Mmh, ça fera l'affaire. Sa réponse froide me ramena sur terre.

« Je ne peux pas faire ça. »

« Mais la barrière à retenu la mer à distance pendant des siècles –  »

« – Et aurait certainement continué à le faire mais notre présence à changé la donne. Cette barrière n'est maintenant plus qu'une fine bulle entre nous et l'eau. »

« Mais nous avons arrêté l'exploration ! »

Dr.Weir avait l'air exaspérée et énervée. Je ressentie une pointe de sympathie pour elle. Réussir à mettre sur pied cette mission et la diriger n'était vraiment pas facile. Elle n'avait vraiment pas besoin de cette catastrophe ni des nouvelles que nous apportions. Ni d'un Rodney McKay stressé. Et ca ne devait certainement pas être facile de devoir gérer une crise où elle ne pouvait quasiment rien faire. Je décidai de m'imposer.

« Le mal est déjà fait Ma'am. Rien qu'une heure de cela, une section complète d'Atlantis à été engloutie. Rien que d'être dans cette pièce consume plus d'énergie que nous pouvons donner. »

« Nous devons évacuer aussitôt que le Colonel Sumners donnera le feu vert. »

Les mots de McKay, ou peut être les miens, semblèrent énerver Weir encore plus.

« Vous dites que nous devons abandonner Atlantis ? »

Comme pour lui répondre, son bureau se mit à trembler violemment ainsi que toute la structure autour de nous. Incapable de garder mon équilibre, je tombais soudainement sur McKay qui semblait réussir mieux que moi à résister aux tremblements. Il m’agrippait maladroitement pour m'empêcher de tomber alors que Weir, s’adossait en regardant, effarée, la salle de contrôle sous le bureau. Les secousses me semblèrent interminables mais finirent par s'estomper. Une fois la crise passée, je me rendis compte que j'étais toujours dans les bras de mon supérieur, agrippée à son blouson. Je me redressai précipitamment, rouge de honte, en marmonnant des vagues excuses.

« Sorry Sir, I – J'ai perdu l'équilibre et ... »

Je ne finit pas ma phrase, déterminée à ne pas le regarder. God you're an idiot! Do you think this is the time for this? Stop flirting! - I'm not flirting,I just - Shut up and concentrate! Il me sembla que McKay me regarda encore un instant avant de se tourner vers le Dr.Weir qui nous regardait, sérieusement secouée par l'apparente imminence de la catastrophe. Mc.Kay prit la parole sèchement et tout le sérieux de la situation me frappai à nouveau.

«  Plus vite on partira, plus longtemps cette barrière tiendra. »

Il sortit brusquement du bureau de Weir et je le suivit, penaude. En jetant un coup d’œil à l'arrière, je vis Weir, les lèvres pincées et le front barré d'une ligne soucieuse, regarder le personnel de Stargate s'affairer dans la salle d'embarquement. This isn't going well. Je me fis la réflexion que McKay aurait quand même pût être plus délicat. Mais, après l'avoir regardé discrètement, je décidai de ne pas le confronter tout de suite à ce niveau. Ce n'était pas peut être pas le moment idéal.

« Stone. »

Je me redressais précipitamment au son de sa voix.

« Yes Sir ? »

« Je veux que vous aidiez à nous gagner du temps. Retournez à votre console et, où ce sera possible, remplacez la source énergétique de la cité par la notre. C'est peu mais l'objectif n'est plus de régler la situation immédiatement, vous comprenez Stone ? »

Il me regarda directement et je me rendis compte que c'était la première fois qu'il me regardait, moi. Je déglutis en réfléchissant à ses paroles alors que nous atteignons la plate-forme de contrôle principale. Ne pas régler la situation … ? Je m'arrêtai presque dans mes pas mais chaque second comptait. Je le regardai droit dans les yeux.

« Nous allons abandonner Atlantis ? »

« Nous n'avons plus le choix. »

Il se retourna et se dirigea rapidement vers son ordinateur tandis que je hochais faiblement la tête en me postant derrière le mien. Abandonner Atlantis alors qu'on vient à peine d'y arriver. This is tragic. Néanmoins je m'attelais à ma tâche et, travaillant de paire avec Thompson, une scientifique américaine, je réussit à brancher quelques un de nos générateurs les plus puissants sur les réserves d'Atlantis. Je bénis mon intelligence d'avoir pris des cours de physique avancée pour m'occuper à l'université lorsque je me rendis compte qu'ils me seraient sérieusement utiles. Mes maigres connaissances parvinrent à me maintenir à flot quand Thompson se mit à parler en formules de Ep = mgh, W=∆Ep et du principe d'Archimède.

Au bout de quelques heures, je parvenait à mieux gérer mon stress et mon anxiété, sans avoir diminuée, était passée au deuxième plan. Je commençais, par ailleurs, à me demander où en était l'équipe de secours. Ne ne recevions aucun signale de leur part malgré le fait que Peter, mon compatriote de scientifique dont j'avais enfin appris le nom, surveillait la porte religieusement. Je m'efforçais de ne pas m'inquiéter pour leur sort, ils étaient entre de bonnes mains après tout, mais « ma » Capitaine me restait en tête. J'espère qu'elle va bien … For the love of God, faites qu'ils reviennent vite. On ne va plus pouvoir tenir longtemps. Une fois terminée avec les raccordements, je m'attelais à la surveillance de la cité, essayant de prévoir les endroits défaillants et des les renforcer en empruntant de l'énergie ailleurs, tout en maintenant une cohésion d'ensemble. Dans l'ensemble, j'y parvenais plutôt bien, en dépit de la fatigue qui commençait à se faire sentir. Apercevant une section de la cité pour laquelle je ne pouvais plus rien, je m’équipais avec un scanner de poche et activai mon oreillette.

« Dr.Weir, rejoignez-moi à la vitre est de la salle de contrôle. Je dois vous montrer quelque chose. »

« Bien Stone. »

Je me précipitai vers la vitre en question tout en travaillant avec mon scanner. Encore un peu … Si je fais ça, je raccorde, les deux ici … Je levais la tête surprise alors que Weir se postai à mes côtés et regardai au travers du verre.

« Ca vient Ma'am. »

« Qu'est-ce que je dois regarder ? »

Mon scanner bipa alors qu'elle finissait sa phrase et je cherchait les signes extérieurs des yeux. Je pointai du doigts les bulles d'air s'élevant soudainement de la cité.

« Là, une autre section de la cité vient d'être engloutie, » disais-je avec tristesse avant de la regarder fermement. « Si vous voulez mon avis Ma'am, nous n'avons plus beaucoup de temps … Il faut évacuer d'urgence. »

Elle me retourna mon regard, le sien quelque peu désespéré. Yep, that's right. On a plus beaucoup de temps Doctor. Je la suivit à la salle de contrôle, mon visage grimaçant alors que je tentais de maintenir la barrière autour des sections restantes. C'était imminent, il ne nous restait qu'une heure tout au plus … Weir entra dans la salle d'un pas décidé et je courrai presque jusqu'à mon poste. Allez, un p'tit miracle juste quelques heures en plus … J'entendis Weir, s'arrêter près de McKay qui faisait maintenant des allers-retours, quelque peu désespérés eux aussi, entre nos générateurs et nos ordinateurs.

« Comment vont les choses ? »

Je serrais les dents. Mal madame, je viens de vous le montrer! On doit évacuer ! Maintenant ! Elle continua sur sa lancée cependant, refusant d'admettre la vérité.

«  Ecoute Rodney, si nous parvenons juste à nous acheter quelques heures en plus ... »

Quelques heures en plus ?! Vous savez combien d'heures nous avons déjà trouvé ? Combien d'heures McKay, nous a trouvé ? On est en train de perdre la cité !

«  La ville sacrifie des sections entières d'elle-même pour maintenir la barrière autour des endroits principaux comme ici mais la catastrophe est inévitable. »

J'eus une grimace de satisfaction alors que McKay lui coupai la parole froidement mais fermement alors que j'essayai tant bien que mal à jongler avec les différentes sections. Bien dit. Je levai rapidement la tête pour jauger la situation. Weir semblait chercher encore une répartie, une solution et McKay s'occupait de ses générateurs, clairement tendu au delà de la limite raisonnable.

« Même dans mes rêves les plus fous je n'avais pas imaginé trouver la cité des Anciens aussi parfait, intouchée … et nous n'avons pas d'autre choix que de l'abandonner ?! »

Je ne pût m'empêcher d'intervenir, en dépit de mon fort instinct carrièresque et mon sens de la survie. J'étais irritée, stressée et j'allais mourir sous peu, écrasée par les bâtiments ou l'eau, au choix alors même si j'étais la première à partager son enthousiasme pour la cité et ses milles et une merveilles, je le fixai d'un regard lourd de sens, ma voix dure.

«  Nous n'avons pas le choix Madame, si nous restons, nous mourrons tous. Si nous évacuons maintenant, nous avons encore une chance de tout sauver, nous et Atlantis. »

« Et la sauver pour qui Stone ? » dit-elle en se tournant vers moi alors que McKay tapait furieusement sur son ordinateur. « Nous n'avons pas assez d'énergie pour envoyer un message à la Terre ! Pour eux nous serons considérés comme disparus, présumés perdus !»

J'avais osé la contredire une fois, autant continuer sur ma lancée. Je soufflai.

«  Nous reviendrons. Dès que nous aurons trouvé une source d'énergie suffisante, nous pourrons revenir, nous avons toute la Galaxie pour cela, il s'agit de partir pour mieux revenir. Mais là – »

Elle m'interrompit d'un geste exaspéré en indiquant la Stargate.

«  Nous n'avons toujours aucune nouvelle du Colonel Sumners, nous n'avons aucune idée de ce qui nous y attends. »

C'est toujours mieux que de rester ici où nous n'avons aucun espoir. Je faillis le lui dire mais McKay revenait. Son corps tout entier exprimait la gravité et l'urgence de la situation.

«  Nous ne pouvons plus attendre. Il faut partir, maintenant. »

Je retins mon souffle alors que leur confrontation s'éternisait. Soudainement mon scanner bipa et je me précipitai vers ma console, n'attendant pas la fin du débat. Oh my God, this is bad, so, so bad … Les réserves d'énergies étaient incroyablement basses, ce n'était plus qu'une question de minutes. Paniquée, je m'attelais à préserver la salle d'embarquement où toute l'équipe était réunie. La voix du Dr.Weir résonna à la fois dans la salle et dans mon oreillette.

«  A tout le personnel, ceci est Weir - »

Un tremblement violent l'interrompit. Je m'accrochai à ma console, continuant de travailler avec l'énergie du désespoir. Section Est, tombée, allez, allez …. Encore un peu !

« Préparez vous pour une évacuation immédiate ! »

Enfin ! On partait. Je pouvais presque soupirer de soulagement mais je refusais d'interrompre mon travail. Les secousses continuaient, de plus en plus fortes. Nous n'étions pas encore partis et chaque seconde comptait. A ma gauche, je vis McKay vaguement enclencher la séquence d'activation de la Stargate. Un bruit bizarre me fit lever la tête.

«  Quelqu'un essaye de passer pas la porte ! »

La Stargate était active mais ce n'était pas à cause de nous. Je jetai un coup d’œil terrifié à Peter qui lisait les données, fébrile. Il leva brutalement la tête.

«  Je reçois le IDC de Capitain Malgorn ! »

« Laissez-les passer ! »

Le cœur au bord des lèvres, je regardai McKay autoriser le passage. Faites que la planète soit ok, faites que la planète soit ok... Je vis un groupe de personnes débarquer, suivit de près d'un autre puis d'un autre. Ils me semblaient curieux mais un bip furieux résonna de ma console et je me replongeais dans ma console. Partout les voyants affichaient rouge. Je tentai quelques manipulations, en vain. Je levai la tête et croisai le regard de McKay. Je secouai négativement la tête et me mordis la lèvre alors que les tremblements s'intensifièrent. Je le vis se redresser et se diriger vers la mezzanine alors que je recommençais à bidouiller mes machines, l'adrénaline faisant battre mon cœur à une allure folle, mes doigts tremblants dans ma précipitation.

«  Le bouclier à lâché ! »

Brutalement une secousse, plus violente que les autres, me fit tomber à terre. Je vis Peter me dépasser alors que je tentais de me redresser malgré la structure qui tremblait de plus en plus. Non, c'est pas ici que ça se termine, pas maintenant, pas comme ça ! Aidan … Je parvint à m’asseoir alors que Peter atteignait la console de la Stargate.

« J'entre une adresse ! »

«  Non, attends ! »

La voix de Weir me fit réagir. Pourquoi - ?

« Elle à raison ! »

Je parvint enfin à me remettre debout, à temps pour voir l'expression ébahie de McKay. Intriguée, je consultait ma console du regard et m'immobilisais, stupéfaite.

«  On bouge ! »

We're moving ! The city's fucking moving upwards ! Je tournai mon regard vers la vitre, utilisant ma console comme support. Quelques secondes plus tard la lumière du jour perçais le verre, m’éblouissant. Je protégeai mes yeux et regardai le niveau de l'océan baisser peu à peu contre la vitre alors que la cité montait vers les cieux inexorablement. This is crazy …

Atlantis s'immobilisa fièrement, trônant la mer qui la menaçait encore quelques instants auparavant. Ébahie, je me dirigeais d'un pas tremblant vers la vitre la plus proche. Je vis Weir et Sheppard y arriver avant moi mais, les ignorant presque, je posai mes mains sur la vitre à leur droite. Je sentis plus que je ne vis McKay derrière moi, rejoint par de plus en plus de personnes. J’aperçus soudainement que la Capitaine Malgorn, qui semblait tout aussi émerveillée que moi, se trouvait à mes côtés. Je souris, incrédule, et retournai mon regard vers la vitre. L'océan s'étendait à perte de vue mais c'était incroyablement magnifique, presque irréel. J'entendis un homme parler derrière moi, sa voix stupéfaite.

«  On est à la surface »

Dans une situation normale, je lui aurai accordé un regard de dédain pour avoir prononcer une évidence aussi … évidente. A la place, j’acquiesçai doucement. Yes, we're at the surface. J'entendis Dr.Weir parler d'une voix douce.

«  J'espérais juste une journée de plus,il semblerait que nous ayons trouvé beaucoup plus que cela. Ne le gâchons. »

Sa voix exprimait toute l'incroyabilité de la situation. Oui, nous avons de la chance. Beaucoup de chance. J'eus une pensée émue pour mon frère. Aidan, if only you could see this … Mes pensées, plus où moins chaotiques, me permirent de trouver le courage de me retourner et d'adresser la « petite » silhouette à ma gauche qui observait toujours la mer infinie.

«  Hey, contente de voir que t'es en vie. Ça te dirai de prendre un verre ensemble ? »

Over and Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leila Malgorn
Admin
avatar

Date de naissance : 10/11/1978
Féminin Fonction : Technicienne Militaire
Localisation : P3X-141
Messages : 37

MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   Mar 14 Juil - 11:07



Rapport N°3

Les yeux rivés sur l'espace qui défilait plus vite qu'à la vitesse de la lumière, j'oubliais momentanément mes problèmes. Allais-je un jour me lasser de ce spectacle..?
Le voyage dura largement moins longtemps que depuis la Terre, moins de cinq secondes, mais il suffit à me remplir les pupilles d'étoiles.

Je surgis hors de la porte aux côtés du Lieutenant, l'arme au poing. Je remarquais, surprise qu'il faisait nuit noire. Je réalisais alors que, vu que nous n'étions plus dans le même système solaire que la cité, il était normal que l'heure diffère.
J'eus un sourire teinté d'ironie en me rappelant comment j'avais râlé, à mon arrivé aux USA, à cause du décalage horaire.
Imitant mes coéquipiers, j'enfilais mes lunettes infrarouges. J'avais rarement utilisé ce genre d'équipement, et mis un moment avant de m'y habituer.
La porte se referma sur le Major Sheppard et le Colonel nous fit signe d'avancer en formation. Aussi silencieusement que je le pouvais, j'entamais prudemment mon avancée, détaillant les environs. Nous étions dans une grande plaine longée par une foret me semblant relativement épaisse. Je remarquais avec étonnement que la végétation ressemblait énormément à la végétation Terrestre.

Soudain, de l'autre côté de la formation, des cris se firent entendre. Sur le qui-vive, je levais mon arme, prête à tirer. Deux petites silhouettes surgirent alors de l'ombre à toute allure. Et s'immobilisèrent en remarquant notre petite compagnie les armes braquées sur elles.

- «S'il vous plait, nous faites pas de mal.» s'exclama l'un d'entre eux d'une voix aigue.

Plissant les yeux, je réalisais alors. ''Des enfants.'' constatais-je avec soulagement. Je baissais légèrement mon P90, le cœur battant à cent à l'heure. Je remarquais que l'un deux portait un genre de masque.
Cette planète était donc habitée. Alliés ou..
Un homme surgit d'entre les autres pour se précipiter vers les deux gamins. Je rebraquais mon arme derchef.

- «Arrêtez ! S'écria-t-il en tendant une main dans notre direction. Ils sont en train de jouer !»

Je m'approchais le plus doucement possible, accompagnée par mes coéquipiers. L'homme et les deux enfants se retrouvèrent bientôt encerclés.

- «La situation est sous contrôle Sheppard ? Demanda Sumner.

- Oui mon colonel. Ce ne sont que des enfants.» Acheva-t-il en baissant son arme.

Me décrispant, j'imitais son geste. Bon..pour une première fois sur une planète alien, tu te débrouille pas si mal, ma vieille. L'homme se redressa. Il dominait d'une bonne tête le Colonel et le reste de l'équipe. Il passa un bras protecteurs autour des épaules des gamins en faisant

- «Halling.»

- Excusez-moi, je ne connais pas ce mot là.» répliqua le Major.

Je levais les yeux au ciel.

- «C'est comme ça qu'il s'appelle Major..

- Ah..Halling ? Très heureux de vous connaître. Fit-il sur un ton mi-moqueur, mi-charmeur.

- Vous venez faire du commerce ? Demanda l'homme, visiblement très loin d'être rassuré.

- Heu oui..du commerce..on est des commerçants.» Répondit Sheppard en hochant la tête.

Mon dieu mon dieu mon dieu..retenez-moi de lui exploser de rire à la figure. Halling- puisque c'était ainsi qu'il s'appelait- se contenta de s'agenouiller près d'un des garçon.

- «Je t'ai répété je ne sais combien de fois de ne pas aller jouer dans la forêt quand il fait nuit! ...
J'suis heureux qu'tu sois sain et sauf.
» lui dit-il en posant son front contre celui du gosse.

Se relevant, il se retourna vers Major-commerçant-oreilles-d'elfes.

- «Teyla voudra vous parler. Venez.»

Il nous fit signe de le suivre, entraînant les gamins devant lui. J'interrogeais le Colonel du regard, comme le reste de l'équipe, attendant ses ordres. Il se retourna vers deux de nos gars et leur intima de rester garder la porte et d'envoyer un message à Atlantis disant que nous avions établis le contact avec les autochtones.
Je poussais un léger soupir de satisfaction. C'était pas tombé sur moi, tant mieux. Rien de plus chiant que la garde de..trucs.
Retirant mes lunettes, j’emboîtais le pas au Major et m'enfonçais dans la foret.

Notre progression fut aisé, Halling nous ayant conduit sur ce qui semblait être une sorte de piste.
Le lieutenant marchait en tête avec le colonel pendant que Sheppard faisait ami-ami avec les gamins. Je ne pus retenir un sourire amusé en voyant les deux gosses se disputer les lunettes infrarouges du major.
Au bout de quelques minutes nous arrivâmes à ce que semblait être leur village. Un ensemble disparate de tente en peau circulaire, disposées aléatoirement, du moins de mon point de vue. Des torches brillaient ici et là.
Halling nous amena vers une tente en particulier, au centre des autres. Le Colonel nous fit signe, au Major, au Lieutenant et à moi de le suivre.

- «C'est Halling. J'amène des visiteurs.» annonça-t-il.

Une voix étouffée lui répondit et il s'engouffra entre les deux pans d'une ouverture. Je me penchais en rentrant à mon tour.
L'intérieur de la tente était chaleureusement décorée. Une table était disposée en son centre et une demi-douzaine de personne étaient visiblement en train d'y prendre leur repas.
Une jeune femme au teint mat et aux yeux sombre se leva pour se tourner vers nous. Halling se pencha à son oreille et lui murmura quelque chose. J'en conclus que cette femme devait être la Teyla dont il nous avait parlé. Elle leva la tête et nous dit :

- «Je suis Teyla Emmagan. Fille de Tagan.

- Colonel Marshall Sumner. Répliqua mon supérieur. Major Sheppard, Capitaine Malgorn et Lieutenant Ford.»

Je saluais la jeune femme d'un mouvement de tête et d'un discret sourire.

- «Nous avons des besoins précis..

- Nous ne commerçons pas de commerce avec les étrangers. Coupa-t-elle sans être cassante.

- Mauvaise nouvelle..

- Eh bien, dans ce cas nous pourrions..essayer de faire connaissance.» Lança le Major, un sourire chaleureux sur les lèvres.

J'entrouvris la bouche. Ok..il jouait à quoi là ?

- «Bien. Moi j'aime., les fêtes foraines et je suis un passionné de football.

- Major..ça ne veux rien dire du tout pour eux.. remarquais-je à voix basse.

- Je sais mais j'essaye de briser la glace.» Me répondit-il entre ses lèvres.

Je haussais les sourcils. Très bien..Tout va très bien..C'était à peu près aussi utile que de..

- «Chaque matin avant le lever du soleil nous avons pour habitude de boire du thé. Un thé bien fort pour attaquer la journée. Vous voulez vous asseoir ?» demanda la dénommée Teyla, d'un ton plus chaleureux qu'à notre arrivée.

Rompre la glace. C'est noté. Sheppard lança un regard éloquant au Colonel et je m'approchais de Teyla. Je n'étais pas vraiment sûre de ce que j'allais faire, mais autant tenter le coup..j'allais peut être même m'améliorer un peu en relation humaines..

- «Une tasse de thé me ferais très plaisir. Lui dis-je suis un ton calme. Comme ça vous savez que j'aime le thé.» Terminais-je en rentrant dans le petit jeu du Major.

La jeune chef aussi un sourcil en réprimant ce qui me sembla être un sourire.

- «Vous voyez nous sommes quasiment amis.»

Nous discutâmes une bonne partie de la nuit. Nous apprîmes que cette planète était connue sous le nom de « Athos » et que les gens y habitant était donc les Athosiens. Comme je l'avais supposé plus tôt, Teyla était la jeune chef de ce peuple.
Je remarquais que les gens attablés avec nous lui montraient un grand respect et semblaient lui porter une profonde affection. Elle devait être une personne aimable et un chef avisé pour avoir ainsi la confiance de son peuple.
Les Athosiens nous offrir de quoi manger et boire ainsi qu'un endroit où dormir pour la nuit.

----------

Je fus réveillée le lendemain matin par la sonnerie stridente du réveil de ma montre. Ce que je pouvais détester ce truc.. Résistant à l'envie de balancer l'engin hors de la tente, je me levais en passant une main dans mes cheveux.
Je remarquais une bassine d'eau avec une serviette posée à l'entrée et j'en profitais pour me toiletter brièvement. Puis je peignais mes cheveux avec les doigts et les attachais du mieux que je pus en chignon. Je jetais un bref coup d’œil autour de moi pour vérifier que je n'oubliais rien, et sortis.

Le soleil brillait déjà haut dans le ciel et je me renfrognais. Je n'avais pourtant pas dormi si longtemps..comment ?
Des cours de physiques de lycée me revirent en mémoire. Révolution des planètes, cycle elliptique..nous n'étions plus sur Terre et les jours sur Athos devaient durer bien moins longtemps que sur ma planète natale en conclus-je.
Je slalomais entre les tentes, lançant le regard le moins menaçant que j'avais en réserve aux habitants. Cette histoire ce bouclier prêt à lâché m'étais soudain ment revenue en mémoire, et j'étais loin d'être de bonne humeur.
Je repérais le Colonel, accompagné du Major et du Lieutenant, au bord d'un grand lac qui se révélait à la lumière du jour.

- «..à Weir que nous en saurons plus dans quelques heures.

- A vos ordre.»

Le colonel se détourna de ses deux subordonnés et repartit en direction du campement. J'accélérais et l'interceptais.

- «Colonel. le saluais-je.

- Ah Malgorn. J'étais en train de me demander où vous étiez passée.

- Je vous cherchais.

- Bien. Je voudrais que vous preniez deux hommes avec vous, et que vous interrogiez les habitants. Tout ce qu'y pourrait se référer à un ZPM, et aux Wraiths.

- Les ''Wraiths'', mon colonel ?

- Vous m'avez bien entendu. Je pars avec le reste de l'équipe explorer cette cité.» fit-il en désignant quelque chose dans son dos.

Je me penchais légèrement sur le côté, et remarquais alors une ville surplombant les eaux de l'autre côté du lac. Je fis la moue. Pendant que le reste de l'équipe serait en train d'explorer une ville alien, je devrais rester pour jouer aux détectives. Génial.

- «Bien mon colonel.» répondis-je en dissimulant ma déception.

Je tournais les talons et m'approchais d'un groupe de militaire. Je désignais un petit blond et un chauve baraqué du menton.

- «Vous. Vous restez ici avec moi. Je veux toutes les informations possibles sur d’éventuels ZPM ainsi que sur les Wraiths. Je veux un rapport dans deux heures.»

Ils se lancèrent un regard en biais avant de hocher la tête et de partir. Pas un mot, pas un regard vers moi.
Aller savoir ce que je préférais, l’insolence de Clint, ou l’indifférence de ces deux là..

- «Les autres, vous partez avec le colonel.» fis-je durement avant de leur tourner le dos pour repartir au village.

Les Athosiens se montrèrent peu réceptifs à mon interrogatoire. En ce qui concernait les ZPM, ils semblaient effectivement n'en avoir jamais vu de leur vie, ni en avoir entendu parlé. Du côté des Wraiths.. après un moment d'étonnement ils me demandaient tous comment c'était possible que je n'en ai jamais entendu parlé. J'avais beau insister, ils se contentaient de me dire que si mon monde n'avait pas encore été touché par les Wraiths, je ferais mieux d'y retourner, et mettant poliment un terme à la conversation.
Tous semblaient terrifiés lorsque je les mentionnais. Mon oreillette grésilla.

- «Eversman au rapport.

- Je vous écoute»

Peut être mes gars avaient-ils trouvés quelque chose..

- «Il est clair qu'ils ne savent rien sur les ZPM madame. -c'est Capitaine- Ils sont clairement primitifs. -je les avais trouvé évolué, dans leurs coutumes et traditions mais passons- Pour ce qui est des Wraiths, impossible d'en tirer quoi que ce soit, c'est limite si ils ne partaient pas en courant quand j'abordais le sujet..

- Qu'en est-il de votre côté Scaldis?

- Même chose que Eversman.»

Je fronçais les sourcils, contrariées. N'était-on pas censé mettre les gens au courant sur quelque chose qui pourrait les mettre sérieusement en danger justement ? Ou alors c'était une coutume Athosienne de laisser les étrangers se faire avoir une fois pour apprendre de ses erreurs..

- «Reçu. Rendez-vous dans dix minutes au bord du lac, le colonel ne devrait plus tarder.»

Je posais une main sur ma hanche en levant les yeux au ciel. Décidément, les jours passaient vite ici, le soleil avait déjà rejoint l'horizon, et le ciel semblait s'embraser.
Mes gars me rejoignirent et se posèrent à distance en discutant. Je fis mine de m'approcher d'eux pour me joindre à leur discution mais ils se turent brusquement. Mon cœur se serra douloureusement. Est-ce que ça allait être comme ça tout le temps..?

La nuit était tout à fait tombée lorsque j'aperçus l'équipe du colonel à l'orée de la foret. Je m'approchais d'eux afin de faire mon rapport au colonel lorsque mon oreillette crépita.

- «Colonel ! Porte des étoiles en activation !»

Je reconnu la voix de Ford tandis que les battements de mon cœur se figeaient. Je tentais de me raisonner en me disant que c'était sans doute un des partenaires commerciaux des Athosiens. Mais une peur sourde et glaciale me bouffait inexplicablement les tripes.

- «Colonel, trois chasseurs dans votre direction.»

Et merde ! Un bourdonnement suraigu se fit alors entendre. Je levais les yeux au ciel. Un avion de combat, de facture visiblement alien, surgit de l'ombre à toute allure. L'avant de l'appareil était effilé comme une aiguille.
La panique gagna le village, les gens hurlaient et fuyaient. J'entendis vaguement le colonel de se mettre à couvert et sans demander mon reste, je m’aplatis courageusement au sol derrière un talus.
Le chasseur disparut dans les ténèbres mais le bourdonnement était toujours audible. Je me relevais prestement pour me précipiter vers un homme qui venait de trébucher.
L'attrapant par le bras, je l'aider à se relever.

- «Aller, c'est pas le moment de faire une sieste!»

Je le poussais en direction de la foret et tachais de repérer mes coéquipiers. Je traversais le village en courant et repérais le colonel.
Un des chasseurs s'approchait de nous. Je vis un petit groupe d'athosiens qui couraient dans notre direction. J'allais leur hurler de se mettre à couvert lorsqu'un étrange rayon lumineux en forme de cône surgit du ventre de l'appareil.
Il leur passa dessus, et les villageois disparurent.
Nom de.. !!!

- «Feu, abattez le !» hurla Sumner.

Je levais mon arme, visais et appuyais sur la détente. Le chasseur était rapide et il était difficile de le conserver dans ma ligne de tir. Chaque coups résonnaient dans mon poignet, puis mon coude, puis mon épaule, alors que je me martelais que j'aurais peu être pu faire quelque chose pour ces pauvres gens.
Le chasseur disparut derrière la cime des arbres. Un mouvement sur ma gauche attira alors mon attention. Je détournais brusquement mon attention vers les formes qui surgissaient des ombres. C'était ça les Wraiths ?
Je tirais en serrant les dents. Aucun de mes tirs ne portaient, on aurait dit des spectres.

Les chasseurs se mirent alors à tirer sur le village. Les tentes s'embrasèrent et les hurlements terrifiés reprirent de plus belle. Tout autour de moi, les ombres proliféraient bien que nous étions en train de les remplir de balles.
Une voix retentit distinctement dans mon oreille droite.

- «Colonel, ici Sheppard. Ce que vous voyez au sol n'est qu'une illusion concentrez-vous sur les vaisseaux.»

Bah c'est pas trop tôt ! Il était passé où celui là quand on avait besoin de lui ?! Et d'où tenait-il cette curieuse information ? Ce n'était pas important pour le moment. Pour l'instant, ma priorité était de faire s'écraser ces saloperies..
Du coin de l’œil je vis le sergent Bates lever son bazooka et tirer. Le chasseur explosa dans ce qui retentit pour moi comme un feu d'artifice. Mon cri de victoire se bloqua dans ma gorge. Un des deux chasseurs restant se précipitait sur la position de Bates et du Colonel. Je n'eus même pas le temps d'ouvrir la bouche pour les prévenir qu'un rayon lumineux les fit disparaître. Ma machoire se décrocha pendant que mes yeux s'ouvrirent en grand. Merde ! Merde, merde, merde, merde.
Ok calme. Gère la situation, Capitaine de mes deux. Se référer au plus haut gradé. Sans le colonel..

- «Major, le Colonel vient de se faire capturer.»

Faites que ce sois ça et pas juste atomisé par ce rayon..
Les deux chasseurs se regroupèrent et filèrent en direction de la foret. Vers la porte..

- «Major, la porte va s'ouvrir. Deux vaisseaux ennemis en approche.»

- «Laissez les partir, certains des notre sont à bords. Regardez le cadran et gravez les symboles dans votre mémoire.»

Le silence se fit. Je me redressais et regardais autour de moi pour constater l'étendue du désastre. Les trois quarts du village étaient ravagés et en flammes. Mais je ne discernais aucun corps, ce qui, quelque part était une bonne nouvelle.

- «Malgorn rejoignez moi au chasseur écrasé.

- J'arrive Major.»

Je partis au pas de course vers l'épave. Son crash avait sans doute causé plus de dégâts que le reste de l'attaque..
Je repérais le Major et sans un mot me mis en formation à son côté. Avançant prudemment, je détaillais les restes crépitants et fumants du chasseur.
Soudain, un mouvement au sol attira mon attention. Je braquais mon arme dans sa direction pour l'éclairer. Je fis une grimace de dégoût et un frisson d'horreur me parcourut l'échine quand je réalisais ce que c'était.
Un avant bras, définitivement pas humain, en train de ramper dans la poussière. Le Major tira quelques coups et la chose s'arrêta définitivement de bouger.

- «A l'aide ! A l'aide !»

Je me retournais et reconnu un des gamins d'hier. Il se figea en remarquant le bout de bras. Je m'approchais de lui.

- «Qu'y a t-il ?

- Je ne trouve pas mon père..»

Halling ? Il avait été prit lui aussi ? Le Major posa une main protectrice sur son épaule sans rien dire.
Ici et là, des villageois sortaient des bois en levant la tête. J'eus un pincement au cœur en voyant leur expression. Ces chasseurs, ces ..Wraiths avaient réduit leur village en miette et prit des êtres chers.
Je me tournais vers Sheppard.

- «Que faisons-nous maintenant Major ?»

Il sembla hésiter sur la marche à suivre. Puis finalement, il m'ordonna de rassembler les villageois et de les amener à la porte. Puis il demanda à un des gars à côté de moi de ramasser le bout de bras qui traînait par terre, afin que le Dr Beckett puisse l'examiner.

Rassembler les villageois et les convaincre de nous accompagner à la porte fut moins difficile que ce que je pensais. Ils étaient à présent hébéter et se laissaient guider comme des enfants.
Arrivés devant l'anneau, le Lieutenant entra l'adresse d'Atlantis et j'envoyais mon IDC. Puis je fis signe aux Athosiens d'avancer, en leur murmurant des mots de réconfort. Le Major passa en tête, sans doute pour expliquer à Weir la situation délicate dans laquelle nous étions, et les villageois lui emboîtèrent le pas.
Je passais la dernière en vérifiant que personne ne nous avait suivit.

Fin du Rapport





Rapport N°4-A


A peine eus-je posé un pied dans le vortex que toute l'adrénaline accumulé ces dernières heures retomba d'un coup. Je sortais de la porte en contrôlant du mieux que je le pouvais mes tremblements..mes tremblements ?
Je ne tremblais pas..c'était la cité. Merde, merde, merde, merde.

Je m'approchais de Weir et de Sheppard.

- «..apprêtais à faire évacuer la cité.

- Si vous pensiez aller chez eux c'est une mauvaise idée.

- Le bouclier va céder Major Sheppard, et l'océan va déferler sur nous. Vous avez peut être une meilleure suggestion.»

Je vote pour retourner sur Athos ! Je n'ai pas survécu à tout ça pour me noyer bêtement dans une cité alien se trouvant à des milliards de milliards d'années lumières de chez moi !

- «Le bouclier à lâché.» hurla McKay depuis le salle de contrôle.

Une onde de choc se propagea dans le sol, nous faisant tous tomber comme des quilles. Les gens se mirent à hurler.



Fin du Rapport






Rapport N°4-B

'' Alors ça y est..c'est comme ça que je vais mourir ?''
Tétanisée, je repensais à ma sœur. On ne s'était jamais vraiment reparlé depuis Ce jour là. Quand bien même je n'étais pas responsable, j'aurais du m'excuser..
Les tremblements continuaient de plus belle, mais aucune traces de fuites à l'horizon. ''Bon c'est bon, la séquence regrets-émotions est passée, c'est maintenant que la salle se remplit d'eau et que nous mourrons tels des héros grecs..non..non ?! ''

« On bouge ! » s'exclama alors le Major.

Ballottée dans tous les sens par les tremblements, je me redressais du mieux que je pus et lançais un regard en direction de la grande vitre surplombant l'escalier. Je poussais une exclamation de surprise en constatant qu'en effet, les eaux retenues par la mince couche de verre étaient en train de s'éclaircir de plus en plus rapidement.
La lumière inonda soudainement la salle, alors que la cité égermait de l'eau. Je clignais des yeux, éblouie. Les tremblements cessèrent, et les lumières se rallumèrent.
Les yeux plissés, je me relevais lentement. Comme un papillon attiré par la lumière, je m'approchais de la vitre, oubliant tout ce qui m'entourait. Je m'arrêtais à quelques centimètre du verre, le souffle coupé par le spectacle qui s'offrait à moi. La cité trônait majestueusement sur un océan s'étendant à perte du vue. Ses tours qui n'avaient pas vu la lumière du soleil depuis 10 000 ans brillaient comme des diamants.
Les lèvres entrouvertes, je pris une grande inspiration.

« On est à la surface»

'' On est à la surface '' répétais-je intérieurement, estomaquée par ce revirement de situation.

« J'espérais juste une journée de plus, il semblerait que nous ayons trouvé beaucoup plus que cela. Ne le gâchons pas.»

Non elle avait raison.
Je pensais être en paix avec moi-même mais cette expérience venait de me prouver que j'avais surtout beaucoup de regrets.. ''Je vais faire de mon mieux. Je vais faire de mon mieux, je reviendrais sur Terre. ''
Les yeux perdu dans l'or liquide du soleil se reflétant dans les vagues, je ressassais tout ce que j'aurai dû dire et faire ces deux dernières années, en me jurant d'arranger les choses dès que je le pourrais.
Un mouvement sur ma gauche me ramena à la réalité. Ma petite bleue.

« Hey, contente de voir que t'es en vie. Ça te dirai de prendre un verre ensemble ? »

Elle avait un ton enjouée qui me fit immédiatement quitter ma mine lugubre. Un verre ? Après tout ça, avec grand plaisir..

Fin du Rapport


_________________
Mon Image
Face Everything And Rise
Revenir en haut Aller en bas
http://our-secret-world.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 0 : Prologue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 0 : Prologue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» Lost Planet 2
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» [Prologue à La Tempête : Covenants] Le départ
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Secret World :: Mixed-
Sauter vers: